/lifestyle/books
Navigation

Rêver l’Amérique

Giant Tome 1
Mikaël
Ed. Dargaud
Photo courtoisie Giant Tome 1 Mikaël Ed. Dargaud

Coup d'oeil sur cet article

Après les contrées montagneuses de l’Idaho, à la fin de la guerre de Sécession, l’illustrateur de Promise nous transporte dans le New York de la grande dépression, avec le premier volet de Giant.

Avec cet excellent nouveau diptyque – dont l’ultime chapitre paraîtra à l’hiver 2018 –, Mikaël joint les rangs des ambassadeurs de la bande dessinée québécoise sur le vieux continent, aux côtés de Jacques Lamontagne (Shelton & Felter Tome 1), Julie Rocheleu (Betty Boop), Djief Bergeron Les liaisons dangereuses tome 1), Tristan Roulot et Patrick Henaff (Hedge Fund Tome 4) et Jean-Louis Tripp (Extase), dont les travaux embelliront cette copieuse rentrée automnale.

Lunch atop a Skyscraper

Fasciné par New York depuis sa tendre enfance, l’artiste originaire de France cherchait depuis un moment le bon angle afin d’y camper l’action d’un éventuel récit. En 2011, il tombe sur la célèbre photo Lunch atop a Skyscraper. Prise en 1932 par un photographe à ce jour inconnu, on y voit onze ouvriers prenant le petit déjeuner assis sur une poutre à 240 m au-dessus du sol. « Du 69e étage où les hommes se trouvaient, j’ai lentement tiré le fil afin d’en arriver à jeter les fondations de l’histoire de Giant, explique l’artiste joint par téléphone. J’ai découvert que les années 1930 étaient propices à aborder des thèmes contemporains, dont l’instabilité économique, l’immigration. Ayant moi-même migré au Québec, j’avais besoin d’aborder cette question. »

Giant raconte l’histoire de ces hommes venus des quatre coins de l’Europe qui, portés par la promesse d’un avenir meilleur, ont bâti la plus grande ville du continent. À l’ombre de ces géants d’acier s’y profile leur vie, dont celle du héros. Le taciturne poseur de rivets entretient une relation épistolaire avec la veuve d’un camarade mort en fonction, à qui il envoie de l’argent. Cette dernière ignore tout de la combine, croyant correspondre avec son époux.

Trilogie new-yorkaise

Au-delà des protagonistes, que l’auteur anime admirablement, la grosse pomme s’y révèle comme le personnage principal. Son trait vibrant, appuyé par un solide travail de ­documentation, lui octroie un supplément d’âme. « Je suis allé à la New York Public Library pour y faire mes recherches. J’ai même eu accès aux archives privées du Rockefeller Center, fermées au public », relate-t-il, avec une pointe d’excitation dans la voix. « J’en ai mangé de la référence photo ! »

Un peu à la manière du romancier Paul ­Auster, Mikaël compte livrer deux autres récits dont l’action sera campée à New York. « Le second volet se déroulera à la même époque, cette fois-ci avec des cireurs de ­chaussures. Bien qu’indépendantes les unes des autres, ces histoires permettront certains croisements de personnages. »

Loin du scintillant Broadway de Djief Bergeron – collègue de l’atelier Shop à bulles –, dont le second tome est paru l’an dernier aux éditions Soleil, Mikaël aborde la déconstruction du mythe américain avec un enthousiasme contagieux.

À lire aussi

VII
Thom
Ed. Pow Pow
Photo courtoisie
VII Thom Ed. Pow Pow

 

Après Sophie Caron, Michel Hellman et Samuel Cantin, les éditions Pow Pow nous font découvrir un nouveau talent : Thom. Réalisée dans le cadre du programme de maîtrise de bande dessinée de l’UQO, cette savoureuse bande muette raconte l’histoire d’un romancier à succès peinant à boucler le 7e volet de sa série très attendue par ses fidèles lecteurs, dont la grande faucheuse. Un fabuleux premier album.

Redd
 Ketchup T.9 : 
Elixir X
Réal Godbout
Pierre 
Fournier
Ed. La
 Pastèque
Photo courtoisie
Redd Ketchup T.9 : Elixir X Réal Godbout Pierre Fournier Ed. La Pastèque

 

Amorcée dans les pages du magazine Croc, peu de temps avant sa disparition en 1995, la neuvième aventure de Red Ketchup, laissée en chantier à mi-parcours, fut enfin achevée 22 ans plus tard. Plongée au cœur d’une cure de jouvence, cette aventure prouve hors de tout doute que le temps n’a aucune emprise sur le populaire héros. Les auteurs nous offrent d’inespérées, mais non moins brillantes, retrouvailles.

En cuisine 
avec kafka
Tom Gauld
Ed. Alto
Photo courtoisie
En cuisine avec kafka Tom Gauld Ed. Alto

 

Prépubliées dans le quotidien The Guardian et dans Le Monde, les hilarantes vignettes de l’auteur britannique Tom Gauld reprennent le format de Vous êtes tous jaloux de mon jetpack, en usant de détournements littéraires loufoques. On y voit notamment un James Bond féministe qui drague en citant Simone de Beauvoir, Samuel Beckett, un scénariste de sitcoms improbables et un générateur d’adaptations shakespeariennes.