/weekend
Navigation

The Boss à la conquête de Broadway

CANADA-INVICTUS-GAMES-TORONTO-2017---CLOSING-CEREMONY
photo courtoisie AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait vibrer les plus grands arénas du monde entier, Bruce Springsteen s’installe aujourd’hui sur Broadway, dans un théâtre d’à peine 1000 places. À la lumière des premières ­représentations de Springsteen on Broadway, voici ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle aventure, résolument plus intimiste que ce à quoi The Boss nous a habitués.

Un premier one-man-show

En entrevue avec les médias ­américains, Bruce Springsteen décrit cette nouvelle aventure comme un one-man-show. Le chanteur promet d’aller plus loin qu’un simple concert musical, en ponctuant la soirée ­d’anecdotes et de souvenirs, pour la plupart tirés de son autobiographie Born to Run, parue l’an dernier.

Des billets coûteux

Les fans sont évidemment bien nombreux à vouloir assister à ce premier one-man-show de leur idole. Mais il semble que l’expérience soit, du moins pour le moment, ­réservée aux plus ­fortunés d’entre eux. Quelques minutes après leur mise en vente, certains billets étaient offerts sur différents sites de revente pour des sommes allant jusqu’à 6700 $ US (environ 8300 $ CA).

Spectacles plus intimes

C’est au Walter Kerr Theatre que Bruce Springsteen se produira jusqu’en février prochain, à raison de 5 jours par semaine. La salle de 960 places contraste grandement avec les amphithéâtres ou The Boss se produit habituellement. À titre d’exemple, le chanteur a offert trois concerts à guichets fermés l’été dernier au MetLife Stadium, pas très loin de Broadway, chaque fois devant quelque 80 000 fans.

À la mémoire de Tom Petty

Mardi dernier, Bruce Springsteen a commencé les représentations ­préliminaires de ce tout nouveau ­spectacle (la première officielle est prévue pour jeudi) en dédiant la soirée à la mémoire de son ami Tom Petty, décédé lundi des suites d’une crise cardiaque. Plus tôt dans la journée, il s’était tourné vers les réseaux sociaux pour rendre hommage à son ami des 40 dernières années. « Notre monde en sera un plus triste, sans lui », avait-il écrit.

Des fans déjà conquis

Au sortir de la première représentation, mardi soir, les fans semblaient conquis. Des ­spectateurs ont confié leurs ­premières impressions au ­média américain The Guardian, utilisant les épithètes « fantastique » et « incroyable ». Selon leurs dires, le spectacle de deux heures est constitué à parts égales de chansons et d’anecdotes.

► Springsteen on ­Broadway tient l’affiche du Walter Kerr Theatre, à New York, jusqu’au 3 février prochain.