/news/consumer
Navigation

Québec n’a pas atteint son objectif

La stratégie de promotion des croisières n’a toujours pas généré les retombées économiques espérées

DM croisiere quebec-01
Photo d’archives, Daniel Mallard La stratégie de promotion des croisières internationales sur le Saint-Laurent devait faire grimper les dépenses annuelles des croisiéristes à 271 M$, en 2014. Or, en 2016, à peine 193,2 M$ avaient été dépensés.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une année record, 10 ans de démarches et 52,14 M$ d’argent public investis, la stratégie de promotion des croisières internationales initiée par le ministère du Tourisme du Québec n’a toujours pas généré les retombées économiques espérées.

Lancée en 2008, la « Stratégie de développement durable et de promotion des croisières internationales sur le fleuve Saint-Laurent » devait permettre à la province de tripler les dépenses annuelles des croisiéristes au Québec, pour les établir à 271 M$, en 2014.

Or, une décennie après le début de cette initiative, qui a pris fin en 2016, Québec ne bénéficie toujours pas des sommes attendues, selon des documents obtenus grâce à la loi sur l’accès à l’information.

Les plus récentes données du ministère du Tourisme stipulent que les croisiéristes n’ont déboursé que 193,2 M$ en 2016, soit près de 80 M$ de moins que l’objectif, qui devait pourtant être réalisé deux années auparavant. Québec n’a d’ailleurs aucune donnée pour l’année référence de 2014.

L’année en cours, 2017, est déjà qualifiée de record par l’industrie. Le ministère du Tourisme n’est toutefois pas en mesure d’estimer les retombées liées à cet achalandage.

Passagers-escales

Dans sa stratégie, Québec souhaitait aussi quadrupler le nombre de passagers-escales sur le fleuve Saint-Laurent, afin de l’établir à 400 000 pour 2014. Or, le nombre de croisiéristes et de membres d’équipage n’a atteint que 356 823 en 2014, soit près de 50 000 sous l’objectif initial.

Le Ministère est toutefois confiant que l’achalandage record prévu pour 2017 lui permettra enfin de franchir le cap du fameux 400 000 passagers-escales souhaité pour 2014.

Trois ans de retard

Tous ces retards seraient notamment attribuables aux délais nécessaires à la réalisation des travaux de construction et de mise à niveau des infrastructures portuaires, selon les explications fournies par Fannie Charette-Pépin, porte-parole du ministère du Tourisme.

Durant cette période, une quarantaine de projets totalisant quelque 156 M$ – pour lesquels le provincial a contribué à la hauteur de 52,1 M$ – ont été initiés. Selon les documents obtenus, 26 des 43 projets entamés depuis 2008 n’étaient toujours pas complétés à ce jour.

 

Objectif du ministère : 400 000 en 2014

  Nombre de croisiéristes Incluant les membres d'équipage
2013 218 204 298 748
2014 260 840 356 823
2015 269 940 373 880
2016 252 283 349 931
Prévision pour 2017 337 805 466 903

 

Objectif du ministère : 271 M$ en 2014

  Dépenses annuelles liées aux croisières
2008 80,9 M$
2010 85,9 M$
2012 142,3 M$
2016 193,2 M$
Prévision pour 2017 Aucune donnée disponible