/world/usa
Navigation

Californie: un vigneron québécois s’en tire à bon compte

<b>Patrice Breton</b><br />
Vigneron
Photo Facebook Patrice Breton
Vigneron

Coup d'oeil sur cet article

Un vigneron québécois qui a craint de perdre ses vignes comme d’autres producteurs en raison d’importants feux de forêt à Napa Valley, en Californie, s’en tire à bon compte et n’aura finalement qu’à laver ses raisins.

Patrice Breton a eu bien chaud cette fin de semaine, lorsque des vents violents ont déclenché des incendies incontrôlables dans les régions viticoles au nord de San Francisco.

M. Breton et son épouse, également originaire du Québec, vivent à St Helena, au centre de la vallée de Napa. Comme des milliers d’autres personnes, ils ont fui leur résidence cette fin de semaine, par mesure de sécurité. Ils se sont réfugiés chez des amis, près de San Francisco.

« Même ici, le ciel est gris, il y a de la grosse brume épaisse et de la cendre sur les voitures », décrit M. Breton, propriétaire de Vice Versa Wines et Apriori, dont certains produits sont disponibles à la SAQ.

Raisins à laver

Contrairement à d’autres producteurs qui ont vu leurs vignobles être détruits, M. Breton n’aura pour sa part qu’à laver ses raisins avant de terminer ses vendanges.

« En ce moment, il neige encore de la cendre. Il nous reste deux vignobles à vendanger. Donc, c’est certain qu’on va devoir nettoyer les cendres sur les raisins, sinon cela va changer le vin», explique le producteur.

Ses vins déjà mis en cuve avant les incendies ne seront aucunement touchés non plus.

« Les odeurs de fumée et les cendres, on ne veut surtout pas que ça se rentre dans le vin. Chez nous, tout est dans des cuves de vinification hermétique », assure M. Breton.

Cette technologie empêche le risque d’erreur humaine dans la production du vin, évitant ainsi qu’il soit contaminé par des champignons et des bactéries.

« Ça coûte très cher, mais ça nous sauve », dit-il.

D’autres de ses collègues producteurs n’ont pas eu sa chance. Certains vignerons de la région ont vu l’entièreté de leurs vignes être détruite.

« Si les vignes sont touchées, c’est irremplaçable et ta business est dévastée », explique celui qui produit du vin en Californie depuis plus de 14 ans.