/24m/job-training
Navigation

Collègue déprimé : comment intervenir ?

Business male assistants making mistake
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Anne B-Godbout - 37e AVENUE

 

Un collègue qui rayonnait semble s’éteindre un peu plus chaque semaine. Comment intervenir alors qu’on n’est que camarade de travail ?

Un sondage publié en 2007 par Ipsos Reid rapportait que presque un travailleur canadien sur 5 a déjà reçu un diagnostic de dépression. Si on y ajoute toutes les personnes n’ayant jamais reçu de diagnostic, il est facile de conclure que nous avons probablement tous côtoyé un collègue dépressif à un moment dans notre carrière.

Faire une différence

Claude Chagnon, conseillère en ressources humaines pour Randstad Ingénierie, est convaincue que chaque membre de l’équipe de travail peut jouer un rôle-clé dans le mieux-être de ses collègues. « Si vous êtes proche de ce collègue, je préconiserais une approche directe, de préférence à l’extérieur du bureau. En mentionnant que vous ne faites pas ça pour vous interposer dans sa vie, mais simplement parce que vous tenez à lui, le message a de meilleures chances de passer. »

Mais prudence reste le mot d’ordre : la discrétion est de mise pour ne pas envenimer la situation, dégénérant en une affaire de bureau dont tout le monde parle.

Si votre collègue décide de s’ouvrir à vous, il est important de se présenter comme une oreille et non un service de psychothérapie. Récapitulez ce qu’il vous dit pour être certain d’avoir bien compris en vous abstenant de lui donner des conseils. Demandez-lui plutôt quelle forme pourrait prendre l’aide que vous lui offrez. Vous ferez certainement une différence dans la vie de cette personne !