/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le remaniement du Dr. Couillard

 Le remaniement du Dr. Couillard
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Coup d'oeil sur cet article

La rumeur d’un remaniement ministériel majeur est tenace. Jusqu’au point où il pourrait même avoir lieu dès ce mercredi.

À moins d’un an des élections prévues pour le 1er octobre 2018, le premier ministre Philippe Couillard, comme le veut un vieux cliché en politique, cherche surtout à «nettoyer l’ardoise». Son ardoise étant en effet particulièrement trouble.

Depuis le retour surprise des libéraux au pouvoir en avril 2014 sous sa direction, le PLQ a d'ailleurs perdu plus du quart de ses appuis dans les intentions de vote. À peine un francophone sur cinq dit vouloir voter libéral.

Profitant de la division marquée du vote francophone et de la concentration du vote anglophone et allophone au PLQ, M. Couillard croyait pourtant avoir hérité d’un «monopole libéral» à vie.

Or, plus le temps passe, plus la possibilité d’un prochain gouvernement minoritaire, libéral ou caquiste, se renforce. Du moins, pour le moment. Car les campagnes électorales ont de plus en plus le don de produire des résultats que personne n’avait vu venir au moment même de leur déclenchement.

Il faut dire aussi que la besace du premier ministre est déjà amplement remplie d'éléments inquiétants pour ses troupes : défaite cuisante du PLQ dans Louis-Hébert; échec patent de la plupart des «réformes» Barrette en santé et services sociaux; trois ans d’austérité budgétaire qui ont affaibli les services publics et qui frappent encore plus durement les citoyens les plus vulnérables; un système d’éducation de plus en plus inégalitaire; un ministère des Transports chez lequel le «ménage» n'a toujours pas été fait; augmentations déraisonnables de la rémunération des médecins; un «dossier» Bombardier mal ficelé; inaction sur le front linguistique; silence radio face au fédéral; fantômes de l’ère Charest sur le front éthique; une consultation sur la discrimination systémique et le racisme qui ne va nulle part; un gouvernement insensible et déconnecté des vrais besoins des citoyens, etc.

Seule l’économie semble bien «performer», mais quand les services publics sont malmenés, cette «bonne nouvelle» se perd dans les méandres des vraies difficultés vécues par le vrai monde.

À cette enseigne et considérant aussi que M. Couillard et plusieurs de ses ministres sont également eux-mêmes issus de l'ère Charest, comme je l’écrivais ici, ça devient drôlement difficile de faire du neuf avec du vieux.

Une autre rumeur veut que le premier ministre soit parti à la pèche aux nouvelles et nouveaux ministres «jeunes».

Or, il n’existe aucune corrélation entre l’âge d’un individu et ses compétences. Hormis, puisqu’il semble bien qu’il faille le redire de nos jours, pour la valeur inestimable de l’expérience venant non pas avec la jeunesse, mais avec les années qui passent...

Donc, voilà pour un état sommaire des lieux.

Si ce remaniement a bel et bien lieu, à quoi vous attendez-vous?

Y voyez-vous la possibilité d’un renouvellement réel du gouvernement Couillard? Ou avez-vous perdu l’espoir de le voir corriger ses erreurs?