/opinion/blogs/columnists
Navigation

Voyage d'une fausse controverse en Absurdistan

La Joute
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’était pourtant écrit dans le ciel.

Comme le rapporte le Journal, «L’analyste politique Luc Lavoie n’a commis aucune infraction criminelle selon la Sûreté du Québec (SQ). M. Lavoie faisait l’objet d’une enquête après avoir tenu des propos qui avaient soulevé la controverse dans l’émission «La Joute» à LCN, le 3 octobre dernier. «Après une analyse des propos et avoir rencontré l’intéressé, la SQ arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de motif raisonnable de croire qu’une infraction criminelle a été commise», a fait savoir le sergent Daniel Thibodeau à TVA Nouvelles

Rappelons que le 3 octobre, à l’émission La Joute, Luc Lavoie, suite à des échanges surréalistes à l’Assemblée nationale pour et contre la chasse aux écureuils, avait laissé tomber une blague de mauvais goût sur la chasse aux séparatistes.

Sur les médias sociaux, la levée de boucliers fut immédiate. Nous vivons à l'époque où sur les médias sociaux, ça dégaine vite les gros mots et les attaques personnelles. Comme chroniqueure politique, pour en subir mon propre lot comme d'autres de mes collègues, j'en sais quelque chose...

Même le chef péquiste Jean-François Lisée exigea de TVA de poser un «geste» envers son commentateur. Tant qu'à verser dans le grand n'importe quoi émotif, des plaintes ont même été déposées à la SQ contre Luc Lavoie. Bienvenue en Absurdistan.

Car même de très mauvais goût, comme je l’expliquais ici dans un billet d’analyse, c’était de toute évidence une blague. Et non pas, c'était évident, une incitation quelconque à la violence ou à la haine contre les souverainistes :

«Qu’est-ce qui lui a passé par la tête lorsqu’il a fait sa très mauvaise blague qu’il était seul sur le plateau à trouver drôle? Mystère et boule de gomme.

Mais de là à lui prêter des intentions haineuses, meurtrières ou même d'y voir la moindre tentative d’«inciter» à la haine ou à la violence contre des souverainistes, il y a une limite qui, une fois franchie, verse dans l’absurdité la plus totale.»

Comme quoi, à l’ère des médias sociaux, on verse de plus en plus souvent en plein Absurdistan.

Pour une fois, la SQ a travaillé rapidement. Toute cette histoire est maintenant sortie de l’Absurdistan, mais elle n’aurait jamais dû s’y rendre au début.