/opinion/columnists
Navigation

Dépenses folles, vraiment?

Coup d'oeil sur cet article

Robert Lepage se désole toujours de voir que des politiciens à Québec voient les investissements en culture comme des dépenses folles et se positionnent contre un projet comme le Diamant, ce qu’on n’oserait jamais faire à Montréal.

Des élus de la CAQ se sont souvent prononcés contre le projet ces dernières années. Hier, c’était au tour de Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec, d’affirmer qu’il n’aurait pas subventionné le Diamant s’il avait été au pouvoir. Ce dernier a inclus le projet dans une série de « dépenses folles » de l’administration Labeaume, lequel a beaucoup soutenu le magnifique Diamant, dont M. Lepage a présenté hier des images inédites.

« C’est sûr que les dépenses culturelles sont toujours les victimes des gens qui sont plus à droite, qui tiennent ces propos, et c’est normal, on entend toujours ça [...], a commenté M. Lepage. Mais je pense que les gens qui disent ça – même s’il respecte leur opinion – sont peu informés, ils ne savent pas l’impact que la culture a sur l’économie, et ne doivent sûrement pas s’y intéresser d’ailleurs pour se permettre de dire ça. »

Industrie première

Natif de Québec où il a toujours vécu, M. Lepage est d’avis qu’il faudrait mieux informer « ces gens-là » que la culture a un impact direct sur l’économie de la ville. Québec est une ville touristique en plus, qui doit absolument avoir une offre culturelle très riche, si on veut continuer à avoir du tourisme de qualité, plaide-t-il avec raison.

Comme l’expose très justement ce grand créateur, dont le talent est reconnu partout sur la planète, c’est la culture qui fait d’abord et avant tout bouger une ville, la réveille, contribue à son identité et en fait la promotion. La première question que posent les gens qui débarquent des bateaux de croisière dans notre ville concerne l’offre culturelle.

10 millions $ du fédéral

Pour lui, il est clair que jamais, à Montréal, on n’oserait remettre en question la moindre institution ou dépense culturelle. Il rappelle que le fédéral investit 10 M$ dans le Diamant, ce qui est vraiment exceptionnel.

« Cet argent-là, ils l’ont déjà et normalement ils le dépensent à Toronto et à Montréal. Nous, on est fiers parce qu’on va le chercher ce montant-là et on l’amène à Québec. » Qui n’aurait pas le goût d’applaudir ?