/24m
Navigation

La façade

La façade
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Quelqu’un a embouti la façade de ma maison. Non c’est pas une phrase pour attirer votre attention c’est réellement arrivé. Vendredi dernier vers 15h, j’étais chez moi avec ma femme.

Elle faisait une petite sieste à l’étage pendant que moi j’étais tranquille dans le salon du rez-de-chaussée en train d’écrire des jokes. Une belle journée ensoleillé, aucune ombre en vue. C’est alors que j’entends un BOOM. Mais pas un petit boom genre, j’ai échappé mon cellulaire boom ou il y a un peu de tonnerre boom. Non non c’était un boom AAA Angus. Je me lève d’un seul bond et je vois une voiture complètement emboutie dans ma maison. Et pas de face, de reculons.

Quelqu’un a transformé mon hall d’entrée en scène digne de la Syrie et tout ça en reculant avec une Toyota Corolla. Pour ajouter l’insulte à l’injure la dame en question met sa voiture sur le D et va achever son périple dans un arbre du parc en face de chez nous. Pendant que je suis encore en sous-vêtements sur mon terrain à essayer de trouver le à tout ça... une seule chose me passe par la tête... « Si mon garçon avait été là? », c’est un reflexe normal de l’être humain que d’imaginer le pire scénario possible. Je n’ai pas paniqué quand la voiture a défenestré ma maison mais mon cœur a battu la chamade quand j’ai pensé à ce qui aurait pu arriver à ma femme ou mon garçon s'ils avaient été sur le trajet. Une immense vague de chaleur m’a envahi. Un mélange de peur et de soulagement. Je regardais ma maison avec désolation, mais aussi avec reconnaissance.

Personne n’a été blessé. La dame responsable du carnage aurait eu un malaise. Elle n’était pas sous l’effet d’alcool ou de drogues, elle a seulement été la victime de ses problèmes. Mais elle va bien, je vais bien, ma femme va bien et mon garçon (même si il n’était pas là) va bien. Et c’est l’essentiel. Ma maison n’est qu’un abri de bois et de béton, rien d’autre. Les assurances vont me rembourser, je vais avoir quelques semaines un peu rock'n'roll dans la paperasse et les chambres d’hôtel. Mais je vais vivre ça avec les gens que j’aime et qui m’aiment.

C’est tout ce qui compte. On passe peut-être trop de temps à angoisser sur nos avoirs. Avoir peur de se faire voler, jalouser les gens qui ont telles ou telles bebelles meilleures que les nôtres. Mais quand il arrive un événement comme celui que j’ai vécu tout prend un autre sens. Je n’ai jamais eu peur d’avoir perdu un manteau que j’aime, je ne me suis jamais affolé au sujet de comment ça allait prendre du temps pour remplacer la brique cassée. Non. J’ai eu peur de ce qui n’est pas arrivé. J’ai eu peur de perdre quelque chose que les assurances ne peuvent rembourser. Parce qu’au fond le reste c’est rien. Le reste ce n’est qu’une façade.