/news/consumer
Navigation

La mannequin noire de la publicité de Dove défend le spot décrié

Coup d'oeil sur cet article

La jeune femme noire figurant dans une publicité de la marque de cosmétique Dove, accusée de racisme, a défendu dans une tribune publiée mercredi le spot et affirmé qu’il visait à montrer que «toutes les peaux avaient besoin de douceur».

«Mon expérience avec l’équipe de Dove a été positive», a déclaré Lola Ogunyemi, dans le quotidien The Guardian.

«Toutes les femmes du tournage ont compris le concept et l’objectif fondamental: utiliser nos différences pour illustrer le fait que toutes les peaux méritent de la douceur», a ajouté la jeune femme.

La vidéo en question, une publicité d’une durée de trois secondes pour un savon liquide, montrait une femme noire enlevant un tee-shirt pour laisser apparaître une femme blanche et rousse, qui elle-même enlève son tee-shirt et laisse apparaître une troisième femme brune au teint mat.

Initialement diffusée sur la page Facebook de Dove aux États-Unis et supprimée depuis, cette vidéo a été largement reprise et dénoncée par les internautes à travers le monde, le plus souvent dans un photo-montage montrant seulement les deux premières femmes.

«Je vois comment l’aperçu qui a circulé sur la toile a pu être mal interprété, étant donné que Dove a été attaqué par le passé sur la même question» et qu’»il y a un manque de confiance». Mais ces accusations comportent «beaucoup d’omissions», ne permettant pas au public de se forger «une opinion éclairée», estime Lola Ogunyemi.

Si selon elle Dove a eu raison de s’excuser d’avoir pu causer le moindre tort, «le groupe aurait aussi pu défendre sa vision créative» et «le choix de m’inclure moi -une femme sans équivoque noire- comme l’un des visages de leur campagne», ajoute-t-elle.

En 2011, Dove (groupe Unilever) avait été accusé de racisme pour une autre publicité présentant trois femmes, une noire, une métisse, une blanche. La femme noire était postée devant un panneau «Avant», présentant une peau sèche, tandis que la femme blanche était devant un panneau «Après», présentant une peau hydratée. La femme métisse se tenait entre les deux tableaux.