/finance/pme
Navigation

Aki Sushi croît à grande vitesse

L'entreprise aura bientôt 100 succursales à son actif

Ce qui fait la fierté de Claude Guay, président d’Aki Sushi, c’est la relation d’affaires à long terme qu’il a développée avec son partenaire Metro et ses franchisés.
Photo Jean-Francois Desgagnés Ce qui fait la fierté de Claude Guay, président d’Aki Sushi, c’est la relation d’affaires à long terme qu’il a développée avec son partenaire Metro et ses franchisés.

Coup d'oeil sur cet article

Aki Sushi, qui a vu son chiffre d’affaires passer de 10 M$ à 24 M$ en deux ans, prévoit atteindre la barre des 100 succursales en 2018.

La croissance de l’entreprise va plus vite que prévu, se réjouit Claude Guay, président d’Aki Sushi.

Comptant 85 succursales, dont 81 dans des supermarchés Metro, Aki Sushi envisage l’avenir avec confiance.

« Tout a commencé à Charlesbourg, au Metro GP, en 2005, et la bannière s’est fait connaître et a grandi. La raison numéro un pourquoi j’ai choisi Metro, c’est parce que c’est une entreprise québécoise. Si on ne s’aide pas entre nous, qui va le faire ? » a poursuivi M. Guay.

En 2017, Aki Sushi aura ouvert 14 succursales et déjà 16 ententes sont signées pour 2018. Le modèle d’affaires de l’entreprise repose sur la vente de franchises. Ces dernières sont installées exclusivement dans les Metro.

« Quand j’ai commencé, j’étais le premier à arriver avec un concept comme celui-là. Je suis un indépendant dans l’épicerie. »

Hausse des ventes

La formule fonctionne. Chaque année, la chaîne de sushis, thaï et tartares connaît une augmentation des ventes.

« Depuis plusieurs années, je me concentre à l’achat des matières premières. Je voyage en Asie. Je visite les fournisseurs. J’achète local le plus possible », dit-il.

M. Guay préfère faire affaire sans intermédiaire. Il achète ses poissons et fruits de mer directement des pêcheurs.

« J’achète mes produits en saison. Dans mon réseau, j’ai besoin de 70 000 livres de crevettes par année que je fais portionner en paquets d’une livre. Le tout est surgelé sous vide et conservé dans nos entrepôts jusqu’à la prochaine pêche », a expliqué M. Guay.

« Quand j’ai commencé à faire de l’importation, je recevais trois conteneurs de produits par année. Aujourd’hui, je suis rendu à 17 conteneurs. J’approvisionne mon réseau. »

Outre les produits frais qu’elle achète localement, l’entreprise importe une multitude d’autres produits comme le riz, les sauces, les feuilles d’algue, etc., qu’elle vend sous sa marque maison.

Pas le temps de cuisiner

La chaîne emploie plus de 550 personnes. Aki Sushi compte aussi quatre restaurants avec pignon sur rue. Sa mission est de répondre aux besoins des gens pressés, soucieux de bien manger à un prix abordable.

« Notre but, c’est d’être présent dans tous les Metro », a ajouté M. Guay.

Les perspectives de développement sont nombreuses. Metro possède près de 600 marchés d’alimentation au Québec et en Ontario sous différentes bannières.

M. Guay prédit que le prêt-à-manger va prendre de plus en plus de place dans les supermarchés au cours des prochaines années.

« Je voyage beaucoup et ce qu’on voit ailleurs, c’est beaucoup des boutiques dans les marchés, un peu comme mon concept », relate l’entrepreneur en terminant.

Aki Sushi

  • Domaine d’affaires : chaîne de comptoirs-restaurants en épicerie
  • Fondée en : 2005
  • Président : Claude Guay
  • Nombre d’employés : 550 personnes
  • Chiffre d’affaires : 24 M$