/24m/job-training
Navigation

Déconnecter du travail : les grands moyens

Donna usa smartphone a letto, gelosia o insonnia
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Fanny Bourel - 37e AVENUE

 

Travailler de la maison le soir ou la fin de semaine favorise l’épuisement professionnel. Des entreprises s’organisent donc pour forcer leurs salariés à déconnecter afin de prévenir le surmenage.

Entre les ordinateurs, les téléphones intelligents et les tablettes, il est devenu facile de travailler tout le temps et partout, y compris le soir à minuit ou le week-end au chalet. En 2012, un sondage réalisé par l’entreprise californienne de logiciels Good Technology auprès de 1 000 employés a montré que 80 % d’entre eux continuent de travailler après avoir quitté le bureau. La moitié d’entre eux s’expliquent en disant ne pas avoir le choix et déclarent vérifier leurs courriels au lit. Ces heures supplémentaires se chiffrent en moyenne à 30 heures par mois.

Plus fatigué, moins concentré

Mais cette habitude est néfaste pour les travailleurs. Elle augmente le risque de surmenage, selon des études de l’École de commerce de l’Université de l’État du Michigan. Les chercheurs ont découvert qu’utiliser un téléphone intelligent entre 20 et 30 minutes après 21 h rend difficiles la déconnexion du travail et la détente favorable au sommeil. Résultat : les participants ont enregistré de plus hauts niveaux de fatigue mentale le matin et une incapacité à se concentrer dans la journée.

Obliger les salariés à décrocher

Les entreprises et les pouvoirs publics prennent de plus en plus conscience de l’impact du travail hors du bureau sur leurs employés. Le Brésil a adopté une loi qui oblige les employeurs à payer les heures supplémentaires passées sur les téléphones intelligents. Quant à l’Allemagne, elle a interdit aux gestionnaires d’appeler ou d’envoyer des courriels à leurs collaborateurs en dehors des heures normales de travail, à moins que ce soit une urgence.

Se déconnecter du travail pour quelques heures est bon pour la santé. Alors on éteint tout et on se détend !