/opinion/columnists
Navigation

Deux morts et aucun blâme

Coup d'oeil sur cet article

Mais dans quel monde vivons-nous? Un adolescent de 15 ans tue au volant deux amis de 14 et 17 ans et fait deux blessés graves alors qu’il conduisait une auto empruntée, sans permis et à tombeau ouvert, au beau milieu de la nuit. Étonnamment, il y a dans son entourage des gens qui ne condamnent pas ce qu’il a fait.

La mère d’une des victimes le défend tout comme la mère d’un des blessés qui a déclaré à TVA Nouvelles qu’elle n’en voulait pas au chauffard, parce que son propre fils aurait pu être au volant.

Ses amis en rajoutent : « Nous, on le connaît, on sait que c’est un bon gars et ça nous rend tristes de savoir qu’il va avoir ça sur la conscience toute sa vie. En plus, il a vu ses amis mourir, il faut se mettre à sa place. »

Un bon gars ? Sans doute, sauf cette nuit-là quand son GBS – gros bon sens – est tombé en panne. Surtout que ce n’était pas la première fois que cette bande d’amis se payait une chevauchée nocturne avec une auto « empruntée ». « C’est un trip de gang », a dit l’un d’eux.

Le vrai message

On ne peut oublier que deux adolescents sont morts parce qu’un enfant a voulu jouer à l’adulte, version délinquante. Il doit souffrir terriblement.

La justice, qui n’est pas encore polluée par les bons sentiments, pourrait accuser le jeune de conduite dangereuse ayant causé la mort et de négligence criminelle ayant causé la mort.

Tous n’ont pas le même jugement. Quelqu’un a déclaré au Journal qu’elle voit dans cette tragédie un message sur l’importance des cours de conduite. « Ce n’est pas la faute des parents ni du petit gars. C’est un terrible accident, mais il faut s’en servir pour conscientiser les autres ».

À la discipline parentale ?