/sports/opinion/columnists
Navigation

L’arrogance à l’hélium

L’arrogance à l’hélium
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne peut faire une démonstration claire et nette d’une sensation que les fans les plus fiévreux ressentent pourtant.

Le Canadien est moins hot. Le Canadien doit payer des pages de pub et des réclames publicitaires dans les médias depuis le début septembre. La grosse question mardi soir lors du match inaugural était de savoir si tous les billets avaient été vendus.

Et s’ils l’avaient été, est-ce que le dernier acheteur n’était pas le Canadien lui-même pour protéger son image de marque ?

Ce n’est pas vrai que tous les billets ont été vendus à des clients. Mais fallait protéger l’Image.

Je ne sais pas exactement ce qui se passe mais il se passe quelque chose. Un des bons côtés de passer l’été sur une moto à travers le Québec, c’est de rencontrer des gens. Dans les dépanneurs des stations-service, dans les cabanes à patates frites devenues des relais à poutines, dans les bars et les aires de repos dans les parcs et le long des routes.

Tu rencontres des gens et tu jases. Inévitablement, la conversation dérape sur le Canadien. Et j’ai passé l’été à me faire dire que le bon monde aime encore son CH mais qu’il commence à trouver que le CH se sacre pas mal de lui.

Trop cher... et d'en haut

Le fan est tanné qu’on lui répète qu’il n’est pas au courant de tous les détails et qu’il ne peut comprendre les décisions de la haute direction. Autrement dit, le peuple est trop con pour comprendre que Trevor Timmins est le meilleur dépisteur de la Ligue nationale et qu’il aime beaucoup les petits Québécois.

Et le peuple est tanné que Marc Bergevin le regarde de haut et ne consente à lui parler que si les premières questions sont posées par des n’amis de l’Organisation. Quelqu’un de RDS, de TVA Sports ou du 98,5.

Le peuple est peut-être con mais le peuple comprend très bien que les n’amis payent des millions pour être un partenaire de l’Organisation et qu’on respecte une omerta envers son associé. La plupart des questions posées visent à bien faire paraître Bergevin.

Et puis, le peuple est écœuré d’avoir le feeling qu’il n’est qu’une vache à traire. Les mieux nantis sont en maudit de se faire facturer 352 $ pour avoir droit à des billets de carton. Mais le fan ordinaire, et c’est bien plus grave, n’en peut plus de se saigner pour avoir le droit de se retrouver dans les combles du Centre Bell.

Le gars ou la femme qui gagne 60 000 $ par année, touche un bon salaire. Supérieur à la moyenne québécoise. 60 000 $, ça fait 1200 $ par semaine. Une fois les impôts, l’assurance-chômage, la régie et le reste enlevés, il lui reste moins de 700 $. Mettez 80 $ pour la location sur 60 mois d’un petit char, 200 pour une commande d’épicerie, 300 $ pour le loyer ou l’hypothèque et vous pensez que le fan ordinaire, moins ordinaire que le monde ordinaire, est capable de se payer plusieurs visites au Centre Bell dans une saison ?

Et ce fan, on le regarde de haut en méprisant son intelligence ?

Markov et l'arrogance

La perte d’Andreï Markov est un résultat de cette arrogance. Ce gars-là a joué 16 saisons pour le Canadien. À part Doug Harvey, Serge Savard, Larry Robinson, Guy Lapointe et Jean-Claude Tremblay, qui fut un meilleur défenseur pour le Canadien que ce Russe taciturne ?

Pendant ces 16 saisons, il a été un des trois meilleurs joueurs du Canadien au moins dix ou douze ans. Marc Bergevin l’a regardé de haut et l’a perdu.

Vous voulez savoir quel joueur manquait le plus au Canadien contre les Black Hawks de Chicago ? Andreï Markov. Ou sinon, celui qui aurait dû le remplacer.

Mais Bergevin, Dudley et tous les autres fantômes du septième étage s’en sacrent. Parce que eux-autres, y connaissent ça !

J’ai connu cette arrogance. C’était celle du Canadien avant que les Nordiques ne se joignent à la Ligue nationale.

Les mornifles reçues par la direction de l’équipe ont contribué à l’arrivée de Ronald Corey, de Serge Savard et de tous ces Québécois qui ont gagné les deux dernières coupes Stanley de l’Organisation.

C’est cette arrogance qui nous a valu Réjean Houle, Mario Tremblay et les ineptes qui ont dirigé l’équipe après le départ des Nordiques.

Mais jamais cette arrogance n’aura atteint le niveau actuel. C’est une énorme baloune gonflée à l’hélium.

Une baloune qui pourrait se dégonfler si Geoff Molson se ferme les yeux.

Dans le calepin

On est tellement certain de faire son cash sans effort que Ray Lalonde, le génial boss du marketing qui a paqueté le Centre Bell avec son centenaire et Kevin Gilmore formé chez Disney n’ont pas été remplacés.

On a préféré ajouter une « compteuse de cash » au septième étage pour appuyer Oncle Geoff. Heureusement, le département des communications va bien...