/opinion/columnists
Navigation

Mon commandant!

Coup d'oeil sur cet article

Cet après-midi, ce sera vraiment la dernière fois. Vers 14 heures, il entrera dans le cockpit et, après avoir salué tous les membres d’équipage, il procédera rigoureusement aux vérifications d’avant-vol. Une heure plus tard, plein gaz, il fera monter le gros Airbus rempli au bouchon dans le ciel de Montréal avant de mettre le cap vers l’Est. Comme chaque année, l’avion est plein de célébrités et de gens qui ont payé 500 dollars pour vivre ces instants privilégiés. Moins de 30 minutes plus tard, il descendra et ralentira en survolant tout doucement le Vieux-Québec et son Château Frontenac et il poursuivra sur la rive nord avant un superbe arrondi au-dessus des spectaculaires chutes Montmorency. Pour la dernière fois de sa vie, il demandera ensuite la permission de se poser à Montréal. Dans ses écouteurs, les aiguilleurs de la tour vont le saluer et il arrêtera définitivement les deux moteurs à l’embranchement Air Transat. Vers 17 h, le commandant Robert Piché aura généreusement bouclé la boucle.

Cette dernière fois sera pour venir en aide aux gens qui, comme il l’a lui-même vécu, éprouvent des ennuis de dépendance.

BRAVO TRANSAT

Tous les passagers passeront ensuite à l’Hôtel Marriott où on lui rendra un sympathique hommage. Boom Desjardins et La Chicane chanteront et on célébrera une carrière, un sauvetage inoubliable, mais surtout un homme dont l’histoire restera gravée à jamais.

Air Transat, son employeur, est magnifique dans cette dernière aventure philantropique permettant gracieusement l’utilisation de l’appareil et prêtant aussi amicalement les services de son personnel.

Voilà maintenant une dizaine d’années que je participe aux événements qui nourrissent la fondation de Robert et je suis encore très fier de l’accompagner dans cette dernière qui sera émouvante.

Félicitations pour l’ensemble de l’œuvre, Robert. Un gars tout simple, presque frêle, mais qui a la puissance de deux réacteurs. Bon vol TS-003, mon commandant !

DE MÊME

« On n’a plus les débuts de saison qu’on avait... » (Michel Therrien)

La Corée a perdu le nord.

À DEMAIN

À la retraite, Robert va réaliser un de ses rêves. Dormir pendant toute une envolée.