/opinion/columnists
Navigation

Renouveau de façade

Coup d'oeil sur cet article

Un restaurant peut toujours afficher une photo de filet mignon dans sa vitrine, mais s’il ne sert que des hamburgers, ça ne change rien à son menu. Il en va ainsi de l’ultime remaniement ministériel de Philippe Couillard avant le scrutin du 1er octobre 2018.

Même si le nouveau mantra du premier ministre est la « transformation », son remaniement s’inscrit dans la continuité. Les ministères les plus névralgiques restent entre les mains des titulaires les plus décevants. Le gâchis le plus documenté étant celui de Gaétan Barrette à la Santé.

Gâchis

La santé s’annonce pourtant comme un enjeu électoral majeur. En refusant de déplacer le ministre Barrette, M. Couillard confirme trois choses troublantes. Soit qu’il partage la même vision affairiste et ultra centralisatrice en santé et services sociaux. Que le Dr Barrette exerce un pouvoir démesuré au sein de son gouvernement. Qu’à son instar, la situation des personnes vulnérables ne l’intéresse toujours pas.

Quant aux nouveaux visages prometteurs qui font leur entrée au conseil des ministres, sauf pour André Fortin aux Transports, ils sont confinés à des postes mineurs.

Idée saugrenue

Et que dire de cette idée saugrenue d’un Secrétariat aux anglophones pour une communauté dont les droits sont déjà les mieux protégés au pays ? Que dire, sauf qu’elle témoigne de l’inquiétude évidente au PLQ de voir passer des électeurs anglophones à la CAQ.

Face à la montée de la CAQ dans les sondages, Philippe Couillard accentue plus que jamais les similitudes idéologiques entre son gouvernement et le parti de François Legault. Hormis pour la sainte horreur du premier ministre pour les questions dites « identitaires », ses « priorités » – réduction d’impôts, familles, régions – sont l’écho de celles du chef caquiste.

Quand un parti prétend incarner la jeunesse, le siècle nouveau et la « transformation », la première chose à faire est de le prouver. Malheureusement, ce dernier remaniement envoie le message contraire.