/news/currentevents
Navigation

Une famille visée par plusieurs incendies

Les policiers de la Sûreté du Québec n’ont toujours pas effectué d’arrestations en lien avec ces événements

Coup d'oeil sur cet article

La Sûreté du Québec enquête sur une mystérieuse série de cinq incendies qui visent une famille de Saint-Jean-sur-Richelieu et leurs proches depuis un peu plus d’un an.

Des individus semblent en effet s’acharner sur un couple et leurs trois enfants. Selon nos informations, le père de 43 ans entretiendrait des relations douteuses.

Celles-ci pourraient être à l’origine des crimes dont il est la cible en raison d’une dette d’affaires.

Le premier incendie remonte à l’été 2016, lorsqu’un cocktail Molotov a été lancé tard le soir dans un véhicule garé devant la résidence familiale de la rue Noyan.

En avril dernier, la maison a été détruite par les flammes en pleine nuit. Parents et enfants ont alors pu évacuer la résidence à temps.

« Notre maison familiale a été complètement détruite par un terrible feu, nous avons tout perdu [...] on souhaite pas ça à notre pire ennemi », avait publié sur Facebook la mère, au lendemain du sinistre.

Pas de répit

Depuis, en attendant de trouver une demeure adéquate, la famille s’était installée temporairement chez les parents du père, qui habitent tout près sur la rue Alain.

Quatre mois après leur déménagement, un autre brasier a été allumé dans leur bateau de type ponton qui se trouvait toujours sur la propriété détruite par le feu.

Finalement, mercredi dernier en plein après-midi, la résidence où la famille avait trouvé refuge a à son tour été ravagée par les flammes. Il s’agit une fois de plus d’une perte totale et personne n’a été blessé.

La Sûreté du Québec (SQ) confirme que tous les événements sont des incendies criminels.

« Aucune arrestation n’a été effectuée pour l’instant », a indiqué la sergente Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ.

Alors qu’il sortait les débris de la résidence de son père jeudi, l’homme qui semble être visé s’est refusé à tout commentaire, lorsque sollicité par Le Journal.

Relations éloignées

Un cinquième incendie considéré suspect et survenu en début de nuit jeudi pourrait lui aussi être lié aux autres sinistres, estime la police.

L’entreprise de toilettage Kaviar international a été ravagée par les flammes, si bien que le bâtiment est une perte totale.

Les propriétaires de la compagnie sont les anciens beaux-parents d’une parente de l’homme de 43 ans. Même si le lien familial peut sembler éloigné, la SQ a indiqué qu’il pourrait y avoir un lien entre tous ces incendies.

Prison

Rencontrée jeudi alors qu’elle constatait l’ampleur des dommages, la propriétaire de la compagnie était stupéfaite d’apprendre que la police envisageait un quelconque lien avec de précédents crimes.

Trop ébranlée, la dame n’a pas souhaité élaborer davantage.

L’homme vraisemblablement pris pour cible a déjà été envoyé quelques années derrière les barreaux en 2003 pour complot et trafic de drogue. Il s’est également reconnu coupable pour des histoires de fraude et d’introduction par effraction dans un dessein criminel il y a plus de 10 ans.