/finance/business
Navigation

Virgin rejoint le projet Hyperloop

Virgin rejoint le projet Hyperloop
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Virgin Group a annoncé jeudi qu’il rejoignait le projet de train à grande vitesse Hyperloop dont son dirigeant Richard Branson rejoindra le conseil d’administration.

Le projet sera rebaptisé Virgin Hyperloop One, selon un communiqué commun d’Hyperloop One et de Virgin qui ne précise toutefois pas les détails financiers de l’opération.

«Après avoir visité le site d’essais d’Hyperloop dans le Nevada et avoir rencontré son équipe dirigeante l’été dernier, je suis convaincu que cette technologie d’avant-garde va changer les moyens de transport tels que nous les connaissons et réduire significativement les durées de déplacement», a affirmé M. Branson cité dans le communiqué.

Shervin Pishevar, co-fondateur et président exécutif d’Hyperloop One, a estimé pour sa part que ce partenariat était «tout à fait naturel».

«Virgin est une marque reconnue et avoir Richard comme allié va aider à renforcer notre projet et développer Hyperloop One dans le monde», a-t-il souligné.

L’idée de l’hyperloop a été lancée en 2013 par l’entrepreneur Elon Musk, fondateur du groupe automobile Tesla et de la société aéronautique SpaceX, mais il est aujourd’hui développé par d’autres sociétés sans lien capitalistique avec lui.

Un second test réussi mené par Hyperloop One a eu lieu fin juillet, permettant de faire circuler un prototype sur 450 mètres à des vitesses atteignant près de 310 km/h, contre 112 km/h lors du premier essai complet, en mai. Le but est d’atteindre des vitesses de l’ordre de 1200 km/h.

Le projet a déjà rassemblé des financements d’environ 160 millions de dollars avec notamment des participations de l’opérateur portuaire DP World Group (Dubai), de la SNCF française, de General Electric et du fond d’investissement russe RDIF.

D’autres compagnies développent des projets similaires comme Northeast Maglev et Hyperloop Transportation Technologies.