/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les salauds à la une

Les salauds à la une
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le magazine français Les Inrockuptibles a décidé de consacrer sa une au musicien Bertrand Cantat, qui a tué sa compagne Marie Trintignant à coups de poing en 2003.

L’assassin fait de la « zizique », alors on oublie tout son passé de criminel et on met son visage en couverture du magazine pour faire vendre de la copie ?

Honte aux Inrockuptibles, qui ont fait passer leurs petits intérêts commerciaux avant la simple décence humaine.

Ça donne la nausée

Vous vous souvenez en 2011, quand Bertrand Cantat devait monter sur les planches du Théâtre du Nouveau Monde, à l’invitation de Wajdi Mouawad ?

« Nous faisons un geste humain en l’accueillant », avait dit la directrice artistique du TNM, Lorraine Pintal.

Ma position sur le sujet n’a pas changé. Cantat a le droit de gratter une guitare, mais on n’est pas obligé de lui donner une tribune, une job, un tapis rouge et un micro. Et tous ceux qui le font doivent être conscients du message qu’ils envoient aux orphelins de Marie Trintignant : « Nous considérons que notre intérêt personnel est plus important que votre douleur ».

Comme le disait très bien l’animatrice française Catherine Ceylac en 2013 : « Qu’il vive libre n’est pas le problème, qu’il vive dans la lumière est indécent ».

Dans l’entrevue du magazine Les Inrockuptibles, Cantat s’apitoie sur son sort de meurtrier. Comme si c’était lui la victime ! « Je ne peux pas oublier », « J’ai pensé au suicide », « Je ne m’échappe pas, je reste très seul avec tout ça ».

Non mais, comment le magazine a-t-il pu publier une entrevue aussi complaisante ?

Vous voulez un extrait de l’autopsie ? On décrit « un éclatement des os propres du nez par écrasement », des « lésions cérébrales dues à des secousses multiples et violentes », « un fort hématome autour de l’œil gauche » ainsi que « sur le pourtour des lèvres et le menton » et une arcade fendue « sur 1,5 cm ». Bertrand Cantat n’a passé que quatre ans en prison, libéré à la moitié de sa peine pour sa bonne conduite. Vous me direz qu’il a payé sa dette à la société ? Soit. Mais qu’en est-il de sa dette envers les enfants, les parents et les proches de Marie Trintignant ? N’ont-ils pas droit, eux, à un peu de bienveillance et qu’on leur épargne cette glorification du meurtrier ?

Qu’on fasse mention du disque de Cantat, c’est une chose. Mais le mettre à la une, c’est clairement une provocation.

La brute et le truand

Le magazine Les Inrockuptibles a choisi une bien mauvaise semaine pour mettre Cantat à sa une.

Parce que le magazine Time, lui, a décidé de mettre Harvey Weinstein en couverture. Avec les mots « Producer. Predator. Pariah » (Producteur. Prédateur. Paria).

Les salauds à la une
Photo courtoisie

Alors que Time dénonce le salaud qui aurait harcelé et violé, Les Inrockuptibles, eux, glorifient le salaud qui a tué. Ça donne la nausée.