/news/politics
Navigation

Politique fédérale: libéraux et conservateurs sont à égalité

Politique fédérale: libéraux et conservateurs sont à égalité
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les libéraux de Justin Trudeau et les conservateurs d’Andrew Scheer sont au coude à coude dans les intentions de vote à l’échelle nationale, selon un nouveau sondage paru vendredi.

Les deux partis fédéraux récoltent chacun 35 % des voix, alors que le gouvernement Trudeau s’apprête à célébrer ses deux ans au pouvoir.

Le NPD traîne quant à lui de la patte avec 18 % des intentions de vote à l’échelle du pays.

La bonne performance des conservateurs au chapitre des intentions de vote cache toutefois une faiblesse : la concentration de ses appuis dans trois provinces, soit l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba.

« Le soutien du parti est tellement concentré dans ces régions que les conservateurs pourraient avoir de moins bons résultats que prévu au chapitre du nombre de députés élus », commente le sondeur Angus Reid.

Le parti libéral demeure d’ailleurs très populaire au Québec (40 %) et en Ontario (37 %), deux provinces comportant un nombre important de sièges.

Dans la Belle Province, les libéraux sont loin devant les conservateurs (20 %), le NPD (18 %) et le Bloc québécois (16 %).

La popularité personnelle du premier ministre aussi ne se dément pas, particulièrement chez les jeunes et les femmes, avec 50 % d’opinion favorable, selon le coup de sonde réalisé par Angus Reid.

À titre de comparaison, le chef conservateur Andrew Scheer et le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, largement inconnus du grand public, récoltent 35 % d’opinion favorable.

Bons et mauvais coups

Le sondage s’est aussi attardé aux bons et moins bons coups du gouvernement. Parmi les décisions appréciées du public, on retrouve la constitution d’un cabinet paritaire, l’approbation de pipelines et l’imposition de mesures pour lutter contre les changements climatiques.

À l’inverse, l’entente de 10,5 millions de dollars conclue avec l’ex-enfant-soldat Omar Khadr, l’abandon de la réforme électorale et les nouvelles cibles d’immigration à la hausse suscitent le plus de désapprobation au sein de la population.

Largement décriée par la communauté d’affaires, la réforme fiscale des PME du ministre des Finances Bill Morneau reçoit quant à elle l’assentiment d’une majorité de Canadiens.

Le sondage comportant une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20, a été réalisé en ligne auprès de 1492 personnes, du 10 au 12 octobre dernier.