/lifestyle/food
Navigation

Une femme aux multiples talents

Une femme aux multiples talents
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Roseline Filion vient de terminer, début 2017, son ­impressionnante carrière ­d’athlète. Fini les ­championnats du monde de plongeon, les Jeux olympiques et les belles ­médailles. C’est maintenant dans un autre univers que la double médaillée olympique plonge aujourd’hui, celui des communications avec, entre autres, l’émission ALT à Vrak. Elle a aussi fait un passage remarqué à l’émission Les dieux de la danse, avec son ­partenaire Hugo Girard. Bref, à la voir ­manipuler le couteau avec ­maestria, à n’en pas douter, Roseline Filion a tous les talents.

Questionnaire gourmand

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

Une femme aux multiples talents
Photo Chantal Poirier

J’adore aller à la boutique Williams-Sonoma­­­. C’est même dangereux pour mon portefeuille lorsque j’y vais (rire). Alors, je me gâte avec de beaux objets d’art de la table ou des accessoires bien pratiques, comme mon Vitamix.

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans ta cuisine ?

Ma machine à café Nespresso. Le ­matin, c’est la première chose que je fais lorsque je me lève, c’est presque un rituel ; un bon café pour bien partir la journée !

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Bon, je vais te faire rire, mais personne ne doit rien faire. Alors je planifie tout pour que mes amis et invités soient bien relax. Mais la vérité, c’est que je n’aime pas avoir du monde dans ma cuisine qui touche à mes affaires. (rire) Moi, j’aime mettre la main à la pâte chez eux, mais je n’aime pas ça chez moi. Pas pour être territoriale, mais tout est planifié dans ma tête, alors comme ça, je garde le contrôle des choses à faire pour la soirée et des ingrédients utilisés... puisque je suis intolérante au lactose.

C’est quoi comme genre de repas lorsque tu reçois ?

Des antipasti, des brochettes de ­volailles, des charcuteries, pas toutes à cause encore du lactose, de belles salades, des pâtes douces, du riz, ­beaucoup de légumes, des ­champignons sautés, j’adore les ­champignons, tomates et pesto, bavette de bœuf... Chez moi, on ne manque pas de nourriture ! (rire)

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fière.

Je suis assez audacieuse, alors parfois je prends des risques en cuisine, dans les assemblages ou les saveurs. Mais sinon, une chose que mes amis me ­demandent souvent, c’est ma salade de poires, endives, raisins, fromage bleu et pacanes. C’est d’une grande ­simplicité, mais ça fait leur bonheur... Et moi, je veux qu’ils soient heureux.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Je le fais pourtant bien, mais un jour, j’ai servi un tartare de saumon, et c’était une horreur, personne n’en a mangé. En fait, après y avoir goûté à mon tour, je me suis rendu compte qu’il n’était pas bien frais ce poisson. Ça sentait et goûtait mauvais. Je n’en étais pas bien fière.

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Au restaurant Montréal-Plaza. C’était extraordinaire, pas juste la nourriture et le service impeccables, mais aussi la belle ambiance. Soirée et moment mémorable. Également, un petit ­restaurant à Rome, hors touristes, et à Dubaï, tout est spectaculaire.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite ?

Une femme aux multiples talents
Photo Fotolia

Ça sentait bon. La cuisine mijotée, les bons braisés, le chou... Ma mère fait de formidables cigares au chou. ­L’hiver et la période des fêtes, la tourtière est bien présente. D’ailleurs, on en fait ­toujours en grande quantité et en ­famille, chacun met la main à la pâte, c’est le cas de le dire, et puis les beignes. Humm... que du bonheur !

As-tu un rêve culinaire ? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

Une femme aux multiples talents
Photo Fotolia

Je rêve d’aller aux Îles de la Madeleine. L’île est magnifique, mais je sais aussi que les poissons et fruits de mer, les artisans et tout ce que contient l’île m’attirent beaucoup. Je voudrais aussi aller au Portugal à la découverte des paysages, de la culture et des portos.

Livre de recettes préféré ?

Cuisine futée pour le côté santé et Marilou, pour le côté simplicité.

Fromage préféré ?

Mon intolérance au lactose réduit mes choix dans les circonstances, alors je dirais l’Allegro.

Son carnet d’adresses

Tes restos préférés ?

Inferno. C’est tellement bon, je me régale chaque fois.

Resto préféré pour sortir en tête à tête ?

Une femme aux multiples talents
Photo courtoisie

Mangiafoco, car ils ont des ­pizzas formidables.

Resto préféré pour tes sorties en groupe ?

Le Grinder. Belle ambiance.

Boutique gourmande préférée ?

Adonis, pour les grandes ­variétés de produits ­provenant du monde entier. C’est ­formidable ! Et Première ­Moisson, pour le bon pain frais.

Resto préféré à l’extérieur du Québec ?

Les petits déjeuners au ­restaurant Caravan, à Londres. Ludique, sympathique et ­particulièrement bon.

Vin préféré ?

Le champagne Veuve Clicquot, dont je garde les bouteilles en souvenir d’événements heureux dans ma carrière d’athlète. Elles sont toutes marquées d’une date, me dit Roseline, en me montrant sa collection. Sinon, pinot noir pour les rouges et chardonnay pour les blancs.

Produit culinaire chouchou ?

Le miel.

Recette fétiche ?

Une femme aux multiples talents
Photo Fotolia

Filet mignon de bœuf avec une belle sauce aux champignons. Un péché de gourmandise !

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

Du sirop d’érable.

Gourmandise coupable ?

Enfant, je mangeais la pâte à biscuits crue des préparations de ma maman. Je suis encore un peu comme ça, aujourd’hui. (rire)

Ce que tu n’aimes pas ou détestes ?

Les petits pois... Pas capable !

Ton style de cuisine préféré ?

Plusieurs... Mexicaine, ­italienne, portugaise, haïtienne et ­québécoise, évidemment !