/sports/golf
Navigation

Anne-Catherine Tanguay voit clair pour son entrée sur la LPGA

Anne-Catherine Tanguay fera son entrée dans la LPGA en 2018.
Photo Roby St-Gelais Anne-Catherine Tanguay fera son entrée dans la LPGA en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Une semaine et demie après avoir obtenu son statut complet pour la LPGA en 2018, Anne-Catherine Tanguay commence à réaliser l’ampleur de son gigantesque exploit. Si elle profitera des prochaines semaines pour se reposer, la golfeuse de 26 ans n’entend pas se contenter de jouer les figurantes au sein du plus prestigieux circuit féminin de la planète.

De retour chez elle, à Québec, en compagnie de son fiancé et caddie, Jean-Hubert Trahan, Tanguay a exprimé des objectifs clairs devant les membres des médias pour sa première saison complète sur la LPGA, une dizaine de jours après avoir vécu l’un des moments les plus exaltants de sa carrière.

Anne-Catherine Tanguay fera son entrée dans la LPGA en 2018.
Photo Roby St-Gelais

La golfeuse de Sainte-Foy souhaite participer aux étapes de fin de saison, en Asie, réservées aux 60 meilleures boursières, de même que se qualifier pour les cinq tournois majeurs et signer deux résultats parmi les 10 meilleurs d’un tournoi. Sa carte lui garantit pour l’heure entre 16 et 18 épreuves.

«Je crois vraiment en mes capacités de réussir. Je pense que j’ai le niveau de jeu pour être compétitive à ce calibre. Pour ce qui est de mon jeu, ce n’est qu’un peu de polissage à faire, probablement sur mon jeu court, mais je me sens proche de faire des performances constantes.

«La saison est longue et je ne veux pas me mettre de pression d’aller performer tout de suite en partant, mais ça pourrait aider d’avoir un bon départ en partant», a souligné Tanguay, qui a terminé au huitième rang du classement des boursières du circuit Symetra grâce à des gains totaux de 76 663 $US.

Son comparse a adopté un discours semblable en revenant sur les objectifs qu’ils ont fixés ensemble. «Il y a beaucoup de filles qui ont fini dans le top 10 du Symetra qui ont eu du succès dans la LPGA. Il n’y a pas tant de choses à changer dans son cas, il faut continuer à faire ce qu’on fait de bien», a soutenu Trahan, un brin émotif durant la conférence de presse.

Conseils importants

Tanguay, qui a signé sa première victoire en septembre au Kansas, peut compter sur l’appui de la retraitée Sara-Maude Juneau, qui a évolué dans la plus haute sphère du golf féminin en 2013, ainsi que sur Maude-Aimée, membre à plein temps sur le circuit cette saison. Elle a rappelé la persévérance dont elle a dû faire preuve au cours de la saison, relancée de son propre avis à l’Omnium canadien, en août.

«Je suis très proche de Sara-Maude et de Maude-Aimée. Sara-Maude m’a beaucoup aidée quand j’ai fait mes débuts sur le Symetra. Je sais qu’elle l’a vécu aussi. On parle beaucoup des erreurs à ne pas faire. J’ai ma propre expérience à prendre en compte et c’est bon de pouvoir partager ça avec les autres Québécoises et filles sur le circuit. On vit toutes les mêmes émotions [...] et quand on peut en parler, ça nous aide beaucoup», a avoué l’athlète de 26 ans.

Puisque le calendrier officiel pour 2018 n’a pas encore été publié, Tanguay et son équipe décideront plus tard leur itinéraire non sans en discuter avec son entraîneur personnel Fred Colgan. La saison devrait s’ouvrir à la fin janvier aux Bahamas et le premier majeur devrait avoir lieu en mars ou avril, en Californie.

Les prochaines semaines seront consacrées au repos à Montréal et en Floride, après elle quoi reprendra le boulot à la mi-novembre avec deux camps de l’équipe des jeunes professionnelles de Golf Canada, dirigée par Tristan Mullaly.

Patrick Roy impressionné

Anne-Catherine Tanguay peut compter sur l’appui d’un partisan notoire en Patrick Roy, qui a témoigné toute son admiration à l’égard de la golfeuse, mercredi.

La golfeuse Anne-Catherine Tanguay en compagnie de Patrick Roy.
Photo Roby St-Gelais
La golfeuse Anne-Catherine Tanguay en compagnie de Patrick Roy.

En mai 2016, Tanguay avait reçu 105 000 $ grâce à la contribution de l’ancien gardien étoile du Canadien et de l’Avalanche à titre de coprésident d’honneur d’un cocktail pour financer ses activités professionnelles.

Maintenant qu’elle a gagné sa place dans la LPGA, après avoir fait le choix de retourner pour une saison sur le circuit-école, Roy a lancé des fleurs à sa compatriote de Sainte-Foy.

«J’ai joué plusieurs fois avec elle, surtout l’hiver passé. Toutes les fois où on a joué ensemble, on a échangé sur l’aspect mental. Ce que j’essayais de passer comme message, c’est que je voulais qu’elle joue avec confiance. La confiance, peu importe le sport dans lequel on évolue, joue un très grand rôle dans nos succès.

«Même si on essaie de ne pas penser aux résultats, il faut être une personne qui a confiance en soi, et c’est ce qui me rend fier d’elle. La décision qu’elle a prise de faire un pas en arrière a démontré que c’était la bonne stratégie pour elle. C’est un bel accomplissement et je trouve ça extraordinaire», a révélé Roy aux journalistes.

Modèle pour les jeunes

Pour lui, pas de doute que ses exploits sauront inspirer la relève de demain sur les verts.

«Tu sens qu’il y a de plus en plus de jeunes filles qui veulent jouer au golf, et Anne-Catherine peut devenir un modèle pour elles, surtout de la façon dont elle a atteint ses objectifs. Un peu comme au hockey, tu passes par les [ligues] mineures avant d’atteindre la Ligue nationale, pour la majorité des cas», a-t-il comparé.

Tanguay et son clan espèrent qu’ils gagneront le cœur de commanditaires afin de financer la saison sur la LPGA, dont les coûts sont estimés entre 80 000 et 100 000 $. Roy, lui, n’en doute pas une seconde.
«Il y a beaucoup d’entreprises de Québec qui vont l’encourager, j’en suis convaincu. Si je peux l’aider de quelque manière qu’il soit, je serai bien heureux de le faire. C’est toujours le fun de se sentir supporté.»