/sports/opinion/columnists
Navigation

Un nouveau secteur de chasse intéressant

réserve faunique de Mastigouche
Photo courtoisie Roger Ouellette et Richard Néron, deux chasseurs heureux de leur aventure dans le secteur Ouabiti de la réserve faunique Mastigouche, avec leur côte à côte.

Coup d'oeil sur cet article

LAC OUABITI | Cet automne, le directeur de la réserve faunique Mastigouche, Éric Harnois, avait décidé de réserver le secteur du lac Ouabiti aux amateurs de chasse du petit gibier en quad. Les amateurs devront inscrire le nom de ce secteur sur leur liste d’endroits à fréquenter.

« Depuis quelques années, nous avions de plus en plus de demandes pour la chasse du petit gibier en quad (VTT). Il nous fallait agir et offrir aux amateurs de ce type de chasse un secteur où ils pourraient circuler facilement et avoir des chances de récolter du gibier. Le secteur Ouabiti présentait toutes ces caractéristiques », affirme le directeur.

HABITAT IDÉAL

Effectivement, en compagnie d’un groupe d’amis, nous avons été à même de constater que ce secteur est idéal pour les gens qui veulent chasser en quad ou en côte à côte. Les routes sont faciles d’accès. De nombreux sentiers inaccessibles pour l’automobile, mais parfaits pour le quad sont aussi disponibles un peu partout dans le secteur de chasse. Tous les éléments sont réunis pour connaître du succès.

Ce qui frappe lorsque l’on circule dans ce secteur, c’est la qualité de l’habitat qui assure la survie des gélinottes huppées et des tétras.

Les routes et les sentiers que nous avons visités possédaient toutes les qualités recherchées. Sur la route, le sable et le gravier que les perdrix affectionnent particulièrement étaient bien présents. En bordure, il y avait de la fougère et des herbes hautes suivies d’aulnes et d’une forêt mature, sans oublier de nombreux ruisseaux. Voilà tout le nécessaire pour assurer une vie bien tranquille à ces petites poules des bois. Elles ont tout ce qu’il faut pour se nourrir et la protection pour se sauver des prédateurs en cas de besoin.

La forêt mixte qui compose l’ensemble du territoire permet de réunir ce qui leur est essentiel.

TROP DE FEUILLES

Avec l’automne chaud que nous connaissons, la nature accuse un certain retard, telles les feuilles qui ne tombent pas des arbres comme d’habitude. Et comme il n’y a pas eu de gelées au sol, les herbes hautes qui se couchent le long des routes sont toujours bien là pour vous compliquer la vie. La morale de l’histoire, c’est que les gélinottes avaient tout ce qu’il fallait pour disparaître rapidement lorsque nous les avons localisées sur la route. Si on ne pouvait pas les suivre dans les premières secondes de leur entrée en forêt, impossible de les retrouver. Elles pouvaient sans peine se camoufler très rapidement.

Malgré tout, avec plus d’efforts, le groupe a réussi à récolter quelques oiseaux. Les résultats auraient été meilleurs si les conditions normales avaient été en place. Plusieurs petits volatiles ont réussi à nous déjouer en se camouflant à la vitesse de l’éclair. Impossible de les suivre sous le couvert des arbres, comme c’est le cas lorsque les bonnes conditions sont réunies.

SUR LE SITE

Sur le site du lac Ouabiti, on trouve trois chalets en bordure de ce magnifique plan d’eau qui a beaucoup à offrir aux amateurs de chasse et pêche qui le visitent.

Tous les chalets sont entièrement équipés au solaire, avec le chauffage au propane, ce qui vous assure un confort certain durant votre séjour.

Pour tout savoir sur les prix et conditions, vous pouvez joindre les gens de la réserve directement au bureau de Saint-Alexis-des-Monts, au 819 265-2098. Vraiment, si vous en avez l’occasion, profitez d’un séjour dans ce secteur giboyeux de la réserve.

DES AGENTS EFFICACES

Au cours de la dernière année, les agents de protection de la faune ont traité 5500 dossiers d’infraction, ce qui a mené à plus de 7000 chefs d’accusation qui se concluront par des poursuites contre 4709 individus. Les amendes perçues pour les infractions commises en 2016-2017 sont de l’ordre de 2,4 millions $. Les agents ont aussi procédé à plusieurs opérations d’envergure visant à démanteler des réseaux de braconnage organisés alors que d’autres ont permis de mettre fin à d’importantes activités illégales de chasse, de pêche ou de piégeage. En Mauricie, lors de l’opération Crépuscule, l’une des plus importantes opérations réalisées, les agents ont saisi 225 kilos de viande d’orignal, 70 kilos de viande de chevreuil et 55 kilos de filets de doré. Plus d’une cinquantaine de suspects s’exposent à des amendes totalisant plus de 800 000 $ dans ce dossier.

LA RAGE DU RATON LAVEUR

Jusqu’au 20 octobre, les spécialistes du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs vont procéder à des vérifications dans 28 municipalités de la Montérégie pour savoir si la campagne de vaccination qui a été menée a connu du succès. Il faut savoir que le Ministère a procédé au largage et à l’épandage de près de 550 000 appâts vaccinaux, au cours des mois d’août et de septembre, en Montérégie, en Estrie et dans les grands parcs près de Montréal. Le but de l’opération est de contrôler et d’éradiquer la rage du raton laveur qui peut toucher cette espèce, des mouffettes et des renards. Ces trois animaux sauvages se retrouvent souvent dans les lieux habités. Si jamais il vous arrive de croiser un animal au comportement étrange ou si vous capturez un animal importun à l’aide d’une cage et que vous croyez déceler des symptômes, communiquez avec le 1 877 346-6763.