/opinion/columnists
Navigation

La belle et l’air bête

Coup d'oeil sur cet article

J’ai l’originalité ce matin de ne PAS vous parler de mon voisin Éric Salvail, mais d’un autre géant aux pieds d’argile : Denis Coderre. Oh ! Pas de frasques croustillantes dans son cas ! Juste l’usure. Le vieux routier « bougonne », tandis que sa rivale, Valérie Plante, s’amuse.

Dans la vieille capitale, Régis Labeaume paraît bien assis sur son trône même si sa lune de miel est une chose du passé.

À Montréal, Denis Coderre semble soudainement « délogeable »... un peu comme le lièvre vers la fin de la fable de La Fontaine.

Tout est possible

En 2013, la majorité de « Kid Kodak » n’était pas écrasante. Quant à la « sidéralement » vide Mélanie Jolie, juste le fait que son joli minois était une nouveauté l’avait propulsée deuxième !

Avec un « nouveau visage » qui a en plus une tête sur les épaules, Valérie Plante, tout est possible. Mon idée d’elle n’est pas encore fixée. À Tout le monde en parle, je l’ai trouvée trop pressée de faire la drôle... Mais plus je découvre ses idées, plus je tends l’oreille.

Oui au métro

Étendre le réseau de métro à Montréal avec une nouvelle ligne ? Je suis pour ! Que cette ligne soit rose, écarlate ou fuchsia n’importe guère. Moi-même, je songe à déménager non loin d’une station pour ne plus dépendre de mon auto. Dans Verdun, j’entendais la semaine dernière une partisane de Coderre le comparer à Jean Drapeau ; or, c’est plutôt Mme Plante, dixit « l’homme de la situation », qui a de gros projets.

Le jour où je rencontrerai la chef de Projet Montréal, je la cuisinerai au sujet des 103 conseillers du plus GROS conseil municipal au monde ! L’ancien adversaire devenu bras droit de Denis Coderre, Richard Bergeron, parlait de 10 maires en trop... Comment gouverner efficacement avec un hôtel de ville aussi coûteusement surpeuplé ? Voilà le débat qu’il nous faut dans cette campagne !