/news/currentevents
Navigation

Le patron des Éditions des Intouchables Michel Brûlé à son tour visé par des allégations d’inconduites sexuelles

Sept ex-employées se vident le cœur

Michel Brûlé
Photo d’archives, Chantal Poirier L’éditeur montréalais Michel Brûlé aurait commis des gestes à caractère sexuel et tenu des propos inappropriés auprès de plusieurs de ses employées au cours des années.

Coup d'oeil sur cet article

Forcées à s’asseoir sur lui, embrassées de force devant tout le monde, touchées et ciblées par des remarques sur leurs seins. Sept ex-employées de Michel Brûlé confient avoir été victimes d’inconduites sexuelles de la part de l’éditeur et candidat à la mairie du Plateau-Mont-Royal.

Ces femmes décrivent un environnement de travail axé sur le sexe où Michel Brûlé « avait un ego démesuré » et se prenait pour « dieu dans sa maison d’édition », à travers divers événements qui se sont déroulés sur une période d’une dizaine d’années.

Selon plusieurs témoignages, l’homme à la tête des Éditions des Intouchables se vantait auprès de ses employés de ses aventures sexuelles avec des prostituées et s’amusait régulièrement à montrer des photos de son pénis.

Il n’était pas rare non plus qu’il leur demande de se présenter chez lui pour le travail et de les accueillir complètement nu.

Sept ex-employées et trois témoins racontent que les baisers forcés et les commentaires déplacés survenaient même en public, au lancement de livres ou au bureau devant des auteurs en beau milieu de journée. Tous ont requis l’anonymat, sauf une.

« Il riait »

Sara-Emmanuelle Duchesne avait 27 ans lorsqu’elle a obtenu un contrat de révision à la pige pour Michel Brûlé, il y a une dizaine d’années.

« Les bureaux étaient dans un local vitré sur Saint-Denis [à Montréal]. Tout le monde pouvait voir à l’intérieur. Un jour, j’avais dû m’y rendre pour discuter d’un projet. Au moment de quitter les lieux, il m’a coincée sur le mur en angle avec la porte. Il a essayé de m’embrasser », soutient-elle.

La femme aujourd’hui âgée de 38 ans raconte avoir secoué la tête de gauche à droite durant de nombreuses secondes.

« Il était plus grand que moi, et il se penchait. Je répétais : “Non, non, voyons, qu’est-ce que tu fais ?” en bougeant la tête. Lui, il suivait mes mouvements pour essayer de m’embrasser. Et il riait », se souvient Mme Duchesne.

Sara-Emmanuelle Duchesne n’en revient toujours pas que les employés qui ont été témoins de l’incident ne soient pas intervenus.

« Je pensais : “Bien voyons ! Ça peut pas m’arriver à moi, en plein jour, comme ça devant deux personnes. Comment ça se fait qu’elles font rien ?” et pendant ce temps-là, je continuais à dire non. »

« Frenchage de force »

À un moment, Mme Duchesne dit avoir « poussé très fort » M. Brûlé pour se défaire de son emprise. « Je lui ai crié “Qu’est-ce que tu as fait là ? Qu’est-ce que tu as essayé de faire ?” Et lui il continuait à rire. Les employés riaient aussi. C’était comme si c’était une journée normale au bureau. Moi j’avais le cœur qui battait la chamade. »

Une autre ex-employée qui a travaillé pour lui entre 2005 et 2007 avance que dans les partys, « il y avait toujours une séance de frenchage de force ».

« Moi j’y échappais, je suis chanceuse, assure-t-elle. Et certaines fois où ça dérapait plus, il y avait des séances de montrage de pénis. Un moment donné, ça devient quasiment comme normal. »

« Contacts non désirés »

Une situation qu’a vécue il y a une dizaine d’années une autre employée de l’éditeur, lors d’un 5 à 7 où son conjoint était présent.

« Je crois qu’il a pris mon visage entre ses mains et il m’a embrassée sur le coin de la bouche. Ça s’est fait tellement vite. Tout le monde riait. »

Par la suite, M. Brûlé lui aurait fait plusieurs commentaires. « Il me disait : “Bon, quand est-ce que tu viens me donner un bec ?”. Ça me rendait extrêmement mal à l’aise. Il nous faisait régulièrement des remarques sur nos seins et des massages. C’étaient des contacts non désirés. »

- Avec la collaboration d’Hugo Duchaine et Benoît Philie

 

Quelques témoignages

«Je me suis sentie complètement agressée [...]. J’étais prise au piège physiquement. J’en avais mal au cœur, j’avais la nausée »

– Sara-Emmanuelle Duchesne, réviseure

«D’un côté, t’as envie de dire à tes collègues : ‘‘ fais quelque chose, démissionne, va-t’en ’’. Mais d’un côté, elle a un loyer à payer... et moi aussi. J’étais encore à l’université et je commençais ma carrière dans l’édition et les médias. On était démunis et on avait les mains liées »

– Un ex-employé

«Moi, il ne m’achalait pas. Il m’appelait la gardienne de prison, parce que je ne me laissais pas faire et je lui tenais tête »

– Une ex-employée

«Il s’assoyait sur les chaises des filles. Quand elles revenaient, il les assoyait sur lui [...]. Il donnait des becs dans le cou, les taponnait, les massait. Il parlait des seins »

– Une ex-employée

«Il a déjà présenté une employée à un auteur en disant : voici Mme X, as-tu vu sa belle paire de seins ? »

– Une ex-employée