/opinion/blogs/columnists
Navigation

Contre l’intolérance québécoise, le Canada anglais brandit le niqab comme symbole de liberté

GEN-NIQAB-FEMME
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Comme je le dis ce matin dans ma chronique, la loi 62 ne représente pas grand-chose politiquement. En fait, c’est une loi qui vise à donner l’illusion que le gouvernement Couillard a finalement entendu l’inquiétude identitaire de la populaire pour la traduire dans un geste politique qui prétend encadrer d’une manière ou d’une autre les signes religieux ostentatoires. Mais le mot important, ici, c’est illusion. Il faut vivre sur une autre planète pour croire un instant qu’on trouve dans cette loi la réponse à la querelle initiée il y a dix ans par la crise des accommodements raisonnables. Nous sommes devant l’équivalent historique du bill 63 lorsque s’est imposée la question linguistique à la fin des années 1960. La question de la laïcité demeure ouverte au Québec.

Et pourtant, la loi 62 nous rappelle (ou révèle, pour ceux qui ne le savaient pas encore) la vraie nature de la relation Canada-Québec: c’est un rapport de subordination politique, et ce dernier est ancré dans l’histoire. Le Québec, ici, même modestement, même illusoirement, entend mettre de l’avant un autre modèle d’intégration que le multiculturalisme canadien. Du moins, le gouvernement cherche à le faire croire aux citoyens québécois, et plus exactement, aux électeurs québécois. Mais le Canada s’en scandalise et il entend faire comprendre aux Québécois qu’ils ne sont pas maîtres chez eux. Prenons les choses du bon côté: voyons-y un exercice pédagogique pour ceux qui croient que la question nationale est dépassée.

On le sait, Justin Trudeau laisse comprendre qu’il combattra la loi. Les élus ontariens la condamnent énergiquement. Dans les médias, on se laisse aller: on ne va quand même pas laisser passer une aussi belle occasion de faire du Quebec bashing. Parlons concrètement: ils sont nombreux à vouloir faire du niqab le symbole ultime du multiculturalisme canadien et l’expression achevée et admirable de la tolérance diversitaire qui caractériserait fier de n’avoir aucun noyau identitaire. Cela n’est pas sans rappeler la controverse du serment de citoyenneté en niqab, qui a traversé les élections fédérales de 2015. Contre l’intolérance québécoise, le niqab devient le symbole de la supériorité morale canadienne.

L’argument est tordu mais se comprend ainsi: c’est justement parce que le niqab est globalement et massivement dénoncé par la population, qui y voit une déclaration explicite de non-appartenance à la société d’accueil, qu’il faut le célébrer. Car les «droits des minorités» ne doivent jamais être soumis à la «tyrannie de la majorité». Dans cet esprit, une société est démocratique dans la mesure où elle ne cesse de rétrécir le domaine d’application de la souveraineté populaire et de la culture nationale pour se plier au gouvernement des juges. On voit à quel point, ici, le multiculturalisme est aisément récupérable par l’islamisme et d’autres communautarismes radicalisés.

Le Canada est admirable parce que sa citoyenneté ne prescrit aucune norme identitaire substantielle. C’est un pays hors de l’histoire et dégagé de toute civilisation particulière. C’est le premier pays vraiment mondialisé. C’est un pays qui transcende toute idée d’appartenance historique particulière, toute idée de culture substantielle. C’est un grand vide identitaire qui peut conséquemment accueillir toutes les identités du monde pour peu qu’aucune ne devienne hégémonique. Au Canada, nous sommes tous des immigrants. Mais ce qu’on appellera l’idéologie canadienne bute sur une réalité: l’existence du peuple québécois qui ne veut pas se laisser dissoudre politiquement et culturellement dans ce modèle.

Tout cela nous rappelle une chose: il y a au Canada anglais une conviction fondamentale, qui remonte toujours à la surface d’une manière ou d’une autre: le Québec, fondamentalement, serait intolérant. Ce serait le fait d’une nation repliée sur elle-même, presque tribale, qui se livrerait à la persécution des minorités si elle était délivrée de la tutelle sévère mais bienveillante du Canada-anglais. Nous aurions besoin du Canada pour nous préserver de nos pires travers. Le fédéralisme nous est présenté comme un cadre civilisateur. Le Canada anglais, ou du moins, la plus grande partie de ses élites, semble incapable de comprendre la différence québécoise autrement qu’à la manière d’un résidu historique appelé tôt ou tard à se décomposer. Le Québec sera vraiment délivré de ses démons lorsqu’il se soumettre à une pleine normalisation idéologique à la canadienne.

Cette conviction était aussi celle de Pierre Elliott Trudeau, et c’est sur elle que repose l’ordre constitutionnel de 1982, qui s’impose toujours à nous, et qui continue de conditionner les esprits, comme on le voit avec ces quelques individus idéologiquement intoxiqués qui veulent défier la loi 62 et la ridiculiser en se présentant masqués au moment de recevoir des services publics. Sur le fond des choses, la constitution de 1982 a essentiellement pour mission de contenir la supposée tendance autoritaire des Québécois. Mais on l’a oublié et on nous invite à le vénérer. On oublie que cet ordre constitutionnel demeure fondamentalement illégitime chez nous.

Le terme n’est plus de mode, mais le Canada anglais entretient un rapport néocolonial avec le Québec, et de temps en temps, l’envie lui prend de mater celle qu’il s’imagine encore comme une province rebelle et qui l’est pourtant si peu, hélas. On veut alors casser le peuple tenté par la sécession – et même par cette petite sécession interne à la fédération qui consiste à se comporter comme une société distincte tout en évitant de rompre le lien fédéral. On se porte à la défense des droits des Canadiens menacés par la tribu québécoise. Cela avait déjà été le cas avec la Charte de la langue française. Le Canada instrumentalise la rhétorique des droits individuels pour nier l’autonomie québécoise.

Il s’agit alors de rappeler aux Québécois qu’ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent et qu’ils doivent se déployer dans les limites bien balisées par la Charte des droits et le multiculturalisme canadien. L’autonomie québécoise, contenue et définie par le cadre canadien, est condamnée à rétrécir dans le Canada de 1982, qui cherche à effacer la différence politique et historique du Québec. Les Québécois, pour être considérés comme des bons Canadiens, doivent devenir des Canadiens comme les autres. Ils doivent cesser d’être Québécois. Dans le Canada, les Québécois ne peuvent pas être considérés comme un peuple. D’ailleurs, l’ordre constitutionnel de 1982 entre de plus en plus dans leur tête: de temps en temps, surtout chez les plus jeunes, ils viennent à douter de leur existence comme peuple et de la légitimité de leurs aspirations collectives.

Le multiculturalisme outrancier et fanatisé, qui caractérise la culture politique canadienne est contradictoire avec notre aspiration toute simple et pourtant essentielle à définir par nous-mêmes les paramètres de notre vie collective. Il vient concasser l’identité québécoise et transforme la majorité historique francophone en communauté parmi d’autres. Il neutralise l’autonomie politique du Québec et programme la dissolution de sa culture nationale. Le nationalisme québécois est aujourd’hui indissociable d’une critique du multiculturalisme canadien.