/sacchips/popcorn
Navigation

Je te résume la saison 1 de Stranger Things pour que tu sois prêt pour la deuxième

Je te résume la saison 1 de Stranger Things pour que tu sois prêt pour la deuxième
Netflix

Coup d'oeil sur cet article

C’est le 27 octobre que Netflix lancera dans l’univers la saison 2 de Stranger Things, l’une des séries chouchous des dernières années. En attendant de me vautrer dans mon divan avec toutes sortes de denrées hautement calorifiques, j’en suis venue à un dur constat. Même si j’ai bingewatchée la saison 1 en 4 jours (j’ai trois enfants donc en soi ceci constitue un exploit), je ne me rappelle pas tant de ce qui s’est passé dans la première saison.

Blâmez toutes les drogues consommées au Cégep ou un déficit d’attention olympique pour ce manque de mémoire à court terme, n’empêche qu’un survol des huit épisodes de la dernière saison est indispensable à mon bonheur futur de téléspectatrice, et au vôtre il va sans dire.

 

Épisode 1

Tout débute par l’enlèvement du petit Will Byers après une game de Dungeon & Dragons (ark) et, surtout, par le jeu vraiment abusif de Winona Ryder, qui personnifie sa mère. On catche rapidement qu’elle va nous faire des faces de fille complètement hystérique jusqu’à la fin de la saison. Bon, j’avoue que je serais hystérique aussi si je soupçonnais un laboratoire scientifique entretenant des liens douteux avec le gouvernement d’avoir de quoi à voir avec la disparition de mon enfant, mais c’est pas une raison pour avoir les yeux qui sortent des orbites en permanence. Il y a aussi une bête monstrueuse pis une petite fille muette au crane rasé qui a l’air assez badass mais qu’on sait pas encore qu’est-ce qu’elle vient faire dans l’histoire.

 

Épisode 2

Lucas, Mike et Dustin, ceux-là même qui jouaient à Dungeon & Dragons avec Will, tombent sur la petite fille bizarre et la ramènent dans le sous-sol de Mike. Est-ce un hasard? I don’t think so! Ils la font vivre dans une cabane de couvertes et lui font manger des gaufres Eggo sans qu’aucun parent n’intervienne jamais. C’est décidément les années 80. Pendant ce temps, une substance collante et dégueulasse s’échappe des murs de la maison des Byers et des choses bizarres se passent avec l’électricité. Ah oui...pis la petite fille s’appelle Eleven à cause qu’elle a le nombre 11 tatoué sur elle. Quel manque d’imagination. Ses parents auraient pu l’appeler Océe-Anne, Logane ou un autre nom unique, original et orthographié bizarre.  

 

Épisode 3

J’ai oublié de dire qu’une fille prénommée Barbara était disparue dans l’épisode 2 pis que la Barbara en question est désormais prisonnière d’un monde parallèle vraiment pas beau et dans lequel se cache la créature qui s’est échappée du laboratoire dont j’ai aussi oublié de vous parler dans le résumé de l’épisode 1. Déso. Le shérif pis plein d’autres personnes semi importantes visitent le laboratoire en question pis on catche que les scientifiques sont clairement pas nets. Eleven nous montre un peu de ses superpouvoirs pis ressemble vraiment beaucoup à Nathalie Portman ce faisant. On retrouve le corps de Will dans le fond d’un ditch et Mike est vraiment en esti contre Eleven car elle n’a pas permis de retrouver son ami en vie. En résumé, c’est triste pis il y a de la chicane.

 

Épisode 4

Winona Ryder devient encore plus hystérique (de niveau on l’aurait lobotomisée dans les années 50). Le monstre qui enlève les enfants est visible sur une photo et on comprend vraiment pas tant ce qui est en train de se passer, mais c’est peut-être moi qui parle mal anglais vu que je viens des régions. Mike déguise Eleven en «vraie fille» et l’amène à l’école pour qu’elle puisse utiliser le poste de radio amateur du prof de science pour communiquer de façon plus efficace avec le petit Will qu’on sait plus s’il est mort pour vrai. Le shérif, cet homme intrépide et terriblement efficace dont les soupçons ont été attisé par un agent louche du FBI,  réalise que le corps du petit Will est en fait un mannequin rempli de mousse. Tu parles d’une affaire.

 

Épisode 5

Winona Ryder est furieusement hystérique. Le shérif s’introduit dans le laboratoire et descend dans le sous-sol (?!). Là, il trouve un portail vers le monde parallèle. Mais sa découverte ne donne pas grand chose parce qu’il mange une maudite volée pis se réveille chez lui à moitié drogué en se demandant ce qui se passe. Un lendemain de veille normal, quoi. Mike est pas mal plus efficace de son bord puisqu’il astuce, avec l’aide essentielle d’Eleven, que Will est dans une dimension parallèle. S’en suivent des péripéties un peu gores où une biche se fait massacrer par le monstre pis où on comprend qu’Eleven perturbait les champs magnétiques dans le but que les petits gars ne trouvent pas le portail. Je sais, c’est plus fucké qu’un épisode des Simones.  

 

Épisode 6

Winona Ryder est exagérément hystérique. Le grand-frère de Will et sa blonde partent à la chasse au monstre. Les amis de Mike le forcent à se réconcilier avec Eleven pour trouver le portail. Bref, tout le monde cherche le maudit portail. On nous révèle que les méchants scientifiques enlèvent des bébés pour en faire des genres de machines de guerre pas fines pis qu’Eleven en est un de ces bébés-là pis que c’est elle qui a ouvert le portail sans faire exprès pis que c’est donc ben révoltant. La jeune fille a par contre un cœur d’or parce qu’elle sauve la vie de son ami Mike qui s’est sacré dans un ravin par pur orgueil de marde. Tout est bien qui finit bien même si personne a trouvé le portail encore. Le mot « portail» est pas si beau, en passant.  

 

Épisode 7

Winona Ryder est copieusement hystérique. Eleven fait une passe vraiment vraiment badass aux méchants hommes du gouvernement qui sont venus pour mettre des bâtons dans les roues à Mike pis ses amis, qui commencent à comprendre beaucoup trop d’affaires à leur goût. Eleven retourne dans le monde parallèle. Barbara est morte et Will n’est pas fort fort. On avait un peu oublié Barbara et notre «empathieomètre» envers elle est bas. De toute façon, Barbara est rousse et elle est rejet au secondaire. Le monstre découvre Will pis on a vraiment peur qu’il meure. Ok, pas tant.

 

Épisode 8

Winona Ryder est juste crissement hystérique. Le shériff passe un marché douteux avec le chef pas gentil du laboratoire. Il va lui redonner Eleven en échange d’un accès au portail. Pour ce faire, il enfile une combinaison qui lui vaudrait une contravention de style, mais qui a l’air pas pire efficace pour affronter les monstres sanguinaires. Le frère de Will pis sa blonde réussissent à pogner le monstre dans un genre de piège-à-renard-à-ours. Là, excusez-moi, mais ça me gosse toujours quand on réussit à pogner le méchant avec une sarbacane ou un filet à papillon. Je veux dire vous nous l’avez vendu comme le pire des monstres pis là un petit piège pis pif paf pouf? Heureusement le monstre n’est pas mort. Mike avoue à Eleven qu’il l’aime et celle-ci se sacrifie pour sauver toute la ville. Mike est triste parce que sa future petite blonde est morte. Winona Ryder redevient normale. C’est pas mal ça. Ah non, les garçons rejouent à Dungeon & Dragons. Définitivement, ces petits gars-là n’apprennent pas de leurs erreurs.