/opinion/columnists
Navigation

Niqab: les fausses victimes

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’adoption de la loi 62, qui oblige à offrir et recevoir les services publics à visage découvert, le système médiatique s’est trouvé une nouvelle catégorie de victimes pour nous faire pleurer : les femmes en niqab. On les persécuterait. On les condamnerait même à l’exclusion et à une vie en marge de la société.

Par solidarité avec ces malheureuses, on entend de jeunes excités de la gauche inclusive annoncer qu’ils se voileront le visage­­­ eux aussi pour résister à une loi décrétée inique, alors qu’elle est surtout mal faite.

Réalité

Il faut revenir sur terre.

Celle qui porte le niqab ne se fait pas exclure de la société : elle s’en exclut elle-même.

Elle n’est pas rejetée à cause de l’intolérance ambiante. C’est elle qui rejette la société et qui refuse intégralement l’ensemble de ses codes et de ses usages. C’est elle qui déclare son refus d’appartenir au monde occidental et manifeste contre lui de l’agressivité.

On veut nous faire croire que le niqab est un symbole de modestie religieuse. C’est au contraire un symbole d’exhibitionnisme identitaire. On le porte justement pour soumettre la société dans son ensemble à des mœurs qui lui sont non seulement étrangères, mais hostiles. En fait, il témoigne de la volonté de conquête de l’islam­­­ radical.

Devant l’islam radical, certains se bandent les yeux.

Instrumentalisation

Ils ne se rendent pas compte que les droits et libertés sont instrumentalisés par une idéologie régressive qui veut imposer ses codes dans l’espace public partout en Occident.

Ils se font bluffer par ceux qui disent que le niqab représente une expression parmi d’autres de la liberté qu’ont les femmes de se vêtir comme elles le souhaitent alors qu’il s’agit d’un marqueur communautaire consacrant la déchéance symbolique des femmes, pour les couper de la société.

Il y a des limites à succomber au discours victimaire qui nous condamne à la pensée molle.