/news/currentevents
Navigation

Tollé contre les propos d’un juge

Il a notamment commenté le surpoids d’une victime agressée sexuellement par un chauffeur de taxi

Tollé contre les propos d’un juge
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les commentaires d’un juge sur le surpoids et le présumé consentement d’une adolescente agressée sexuellement par un chauffeur de taxi soulèvent la colère d’organismes de défense des victimes et d’intervenants du milieu judiciaire.

« On peut le dire qu’elle a un peu de surpoids, mais elle a un joli visage hein ? », a lancé le juge Jean-Paul Braun, lors du procès d’un chauffeur de taxi accusé d’avoir agressé sexuellement une ado de 17 ans dans son véhicule, lors d’une course.

Carlo Figaro, 49 ans, a été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement une jeune employée d’un café qui était montée à bord de son véhicule à l’été 2015.

Le procès s’est tenu en mai et l’accusé reviendra à la cour en novembre pour les plaidoiries sur la peine. Il a aussi porté le verdict en appel.

Selon la preuve entendue au procès, Figaro s’en était pris à la passagère d’abord en lui faisant des compliments et en lui demandant son numéro de téléphone. La victime avait témoigné qu’elle avait accepté de le lui donner parce qu’elle avait « peur qu’il bloque les portes ».

Main au « panier »

Mais après, Figaro en a profité pour embrasser de force sa victime, lui lécher le visage au point qu’il en aurait perdu ses lunettes, et par la suite commettre des attouchements sexuels. C’est à ce moment que la victime a pu repousser le chauffeur et sortir du véhicule.

Pour le juge, la jeune femme était même « un peu flattée », car « c’est peut-être la première fois qu’il s’intéresse à elle ».

« Ce n’est pas le même consentement pour embrasser quelqu’un et le consentement pour lui mettre, comme on dit, la main au panier », ajoute le juge.

Il mentionne ensuite que la victime est « fleur bleue » et qu’elle n’aurait sûrement pas voulu être « touchée un peu partout » dès la « première rencontre », même s’il s’agissait d’une course de taxi.

« Moi, je conclus qu’il a essayé de l’embrasser, ça, ça peut être un geste acceptable », dit le magistrat.

Colère

Dès que le juge a prononcé ces propos en salle d’audience, Me Amélie Rivard, de la Couronne, a rappelé que les jugements passés indiquent clairement que le consentement est le même « que ce soit pour un effleurement de fesse ou qu’on “mette la main” ».

« [La victime] est dans un taxi, dans un rapport de force inégal, et vous me demandez à moi [...] si la situation permet à monsieur d’embrasser cette jeune femme, en présumant de son consentement, je vous soumettrais que non », a-t-elle dit, calmement.

Des groupes d’aide aux victimes se sont dit choqués des propos du magistrat, d’autant plus que ce n’est pas la première fois qu’il se place dans l’embarras. En 2013, il avait dit à une victime qui s’était fait attraper les seins par un technicien de Bell, chez elle, que ce n’était pas le « crime du siècle ».

« Ce juge manque clairement d’informations sur la problématique, explique Sophie Charpentier, intervenante sociale pour le CALACS Trêve pour Elles. Ce serait important qu’il révise la notion de consentement. »

Marie-Pier Proulx, de l’organisme NAOS Jeunesse, qui travaille sur la persévérance scolaire des jeunes filles, a aussi été choquée des propos du juge.

« Je ne comprends pas la différence qu’il fait sur le consentement, dit-elle. Oui, c’est sexuel d’embrasser quelqu’un. »

Contacté par Le Journal, le Conseil de la magistrature n’a pas souhaité indiquer si une plainte a été déposée contre le juge Braun. Il n’a pas été possible de joindre la magistrature, hier.

Des paroles rétrogrades, disent des intervenants

« Je ne peux pas croire que des propos comme ça sont tenus en 2017 », déplore une intervenante, après avoir écouté un enregistrement de cour où un juge commente le surpoids d’une victime d’agression sexuelle.

Pour Marie-Pier Proulx, de NAOS Jeunesse, ce genre de commentaire est tout simplement « scandaleux ».

« Ça n’a pas de bon sens, c’est inacceptable », dit-elle.

« Les commentaires sur le physique de la victime n’ont pas de bon sens, c’est inacceptable »
– Marie-Pier Proulx de NAOS Jeunesse
Photo Michaël Nguyen
« Les commentaires sur le physique de la victime n’ont pas de bon sens, c’est inacceptable » – Marie-Pier Proulx de NAOS Jeunesse

L’organisme CALACS Trêve pour Elles ajoute que les propos du juge Jean-Paul Braun sont dangereux, d’autant plus qu’ils viennent d’une personne responsable de faire appliquer la loi.

« Le danger, c’est que des gens pensent comme lui, explique Sophie Charpentier. Le message que ça envoie aux hommes, c’est que tu peux t’essayer avec une fille, que ce n’est pas une agression. Que c’est juste un bec, qu’il n’y a rien là. Il faut faire quelque chose. »

« Quand on sait que la moyenne pour dénoncer peut aller jusqu’à 15 ans, entendre des choses comme ça ne donne pas envie de faire confiance [au système de justice] »
– Sophie Charpentier, intervenante au CALACS Trêve pour Elles
Photo Michaël Nguyen
« Quand on sait que la moyenne pour dénoncer peut aller jusqu’à 15 ans, entendre des choses comme ça ne donne pas envie de faire confiance [au système de justice] » – Sophie Charpentier, intervenante au CALACS Trêve pour Elles

Préjugé

Mme Charpentier, qui a écouté les bandes audio officielles de l’audience à la cour, tout comme Mme Proulx, trouve que ça n’a « pas d’allure » qu’un juge parle de différents types de consentement.

Et de laisser entendre que la jeune fille se sent flattée, car elle n’a pas d’expérience est tout simplement choquant, selon Mme Charpentier.

« Ça véhicule le préjugé qu’une femme devrait être contente qu’un homme s’intéresse à elle », déplore-t-elle.

Même lors de l’audience, la procureure à la Couronne avait demandé au juge comment il en était arrivé à cette conclusion « parce que ça ne ressort pas de la preuve ».

« Ça fait des années qu’on fait de la sensibilisation, et quand je vois un juge faire ces commentaires... Peut-être que oui, ça prend des formations », déplore Mme Charpentier.

« Honte »

Des procureurs à la Couronne qui ont été mis au courant des propos du juge Braun se sont également dits choqués des commentaires.

« C’est un recul alors que tout est mis en place pour encourager les victimes à dénoncer », a dit l’une d’elles, au nom de plusieurs collègues. Elle a requis l’anonymat, afin d’éviter de potentielles représailles.

Mme Charpentier abonde dans le même sens.

« Ça ne donne pas le goût de faire confiance », dit-elle, tout en craignant que cela contribue à diminuer la confiance du public dans le système judiciaire.

Pour plusieurs procureurs choqués, ce magistrat devrait tout simplement se récuser de toute future cause d’agression sexuelle.

« Ça nous fait honte, et les autres juges devraient aussi avoir honte de leur collègue, car il n’est pas représentatif de la magistrature », a conclu la procureure, sous le couvert de l’anonymat.