/news/currentevents
Navigation

SPVM: Philippe Pichet relève Imad Sawaya de ses fonctions

SPVM: Philippe Pichet relève Imad Sawaya de ses fonctions
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Devant les allégations de fraude et d’abus de confiance qui pèsent contre son bras droit, le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, a décidé de relever l’inspecteur Imad Sawaya de ses fonctions, vendredi matin.

«[Imad Sawaya],c’est mon homme de confiance», a dit M. Pichet.

La veille, la Sûreté du Québec (SQ) a mené cinq perquisitions, dont une au quartier général du SPVM. Il est extrêmement rare qu’un corps policier mène une opération dans les locaux d’un autre service de police.

«Je n’ai jamais vu ça», a admis le directeur du SPVM.

Au total, cinq perquisitions ont été effectuées jeudi soir par la SQ: aux troisième et neuvième étages du quartier général du SPVM, au service de la paie de la Ville de Montréal, au poste de quartier 38 et aux archives du SPVM.

Heures supplémentaires

Le principal suspect visé par cette enquête de fraude et d’abus de confiance est l’inspecteur Imad Sawaya, le chef de cabinet du directeur Pichet.

M. Sawaya est notamment soupçonné d’avoir réclamé des heures supplémentaires qu’il n’aurait pas travaillées. Les faits qui lui sont reprochés remonteraient à 2015.

«À la suite d’informations transmises par la Sûreté du Québec, j’ai pris la décision de relever de ses fonctions un de mes cadres, à compter de maintenant, et ce, pour une période indéterminée, jusqu’à ce que la lumière soit totalement faite», a publié Philippe Pichet sur son compte Twitter vendredi matin, refusant de nommer Imad Sawaya.

Cette opération a été menée grâce à des dénonciations reçues sur la ligne téléphonique mise sur place après les révélations de l'émission «J.E.» sur des allégations de fabrication de preuves au SPVM.

En entrevue à TVA Nouvelles, M. Pichet a admis que la dernière année n’a pas été de tout repos au SPVM, qui s’est retrouvé au cœur de nombreuses controverses.

«C’est une année mouvementée, ce n’est pas facile, a expliqué Philippe Pichet. On est en train de vérifier les dossiers. Ce qui est dommage, c’est le jugement populaire qui en ressort. Vous savez, j’ai deux cadres suspendus qui ont été réintégrés. Il n’est rien arrivé et il n’y a pas eu d’accusation. Il n’y avait rien du tout.»

Dans le cas d’Imad Sawaya, bien qu’il soit suspendu, il n’a pas été arrêté et ne fait présentement face à aucune accusation criminelle.

Coderre appuie Pichet

Pour le maire de Montréal, Philippe Pichet demeure l’homme de la situation pour gérer cette nouvelle crise au SPVM.

«M. Pichet a ma pleine confiance, il a pris le taureau par les cornes et on voit jusqu’à présent que les choses fonctionnent bien», a réagi Denis Coderre vendredi.

Le maire sortant a d’ailleurs assuré que s’il est réélu lors des élections municipales du 5 novembre, Philippe Pichet demeurera son homme de confiance à la tête du SPVM.