/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Lise Payette: «fake» féministe

Lise Payette
Photo Chantal Poirier Lise Payette fut la toute première ministre­­­ de la Condition féminine.

Coup d'oeil sur cet article

Êtes-vous surpris qu’une jeune féministe affirme que Lise Payette a voulu la faire taire au sujet d’une agression alléguée ? Moi pas.

Madame Payette a déjà démontré qu’elle était prête à tout pour défendre ses « amis ». Et elle a prouvé qu’elle avait un féminisme « à géométrie variable ».

Après les fake news, voici la « fake » féministe.

Parle plus bas

Madame Payette affirmait hier que c’est uniquement pour protéger Léa Clermont-Dion qu’elle l’aurait dissuadée de porter plainte contre son présumé agresseur.

Léa Clermont-Dion, elle, a écrit sur Facebook : « La triste vérité, c’est qu’elle a fait taire une victime en usant de menaces à peine voilées. »

Si ce que cette jeune femme avance est vrai, Lise Payette aurait fait preuve d’une hypocrisie rare : je protège les victimes quand les agresseurs ne sont pas mes amis, mais je protège mes amis quand on allègue que ce sont des agresseurs.

N’oublions pas que Lise Payette avait écrit au sujet de son ami cinéaste accusé de pédophilie : « Pas question d’une exécution sommaire à l’aube pour quelqu’un d’aussi intelligent que Claude Jutra ». Comme si un artiste brillant ne pouvait pas être un sombre agresseur.

Dans un texte aberrant, intitulé « Claude Jutra était mon ami », elle avait déliré sur l’homosexualité du cinéaste... alors que son orientation sexuelle n’avait strictement rien à voir avec les faits qui lui étaient reprochés.

Puis, après qu’une deuxième victime se fut manifestée, elle avait affirmé en entrevue au sujet des témoignages accablants : « Ils ne sont pas arrivés à me convaincre. Quand j’ai appris, je me suis scandalisée en disant : “Voilà quelqu’un qui a trouvé un moyen de vendre un livre !” Je n’ai pas aimé ça. »

Le mot victime est féminin

Depuis le 18 octobre, début de la chaîne d’allégations à caractère sexuel, Lise Payette a écrit sur Facebook trois longs textes qui ne portent... que sur les femmes victimes ! Comme si elle avait occulté les révélations des 10 hommes qui se sont fait harceler par Salvail.

Tu es une femme dont le patron se montre la bizoune ? Sainte Lise pleure sur ton sort.

Tu es un gars dont le patron se montre la bizoune ? Lise ne t’entend pas : « Quoi ? Plaît-il ? Vous dites ? »

Pour elle, un homme n’est qu’un agresseur, jamais un agressé. À moins qu’il ne soit son ami.

La femme de l’autre

Petite anecdote. En 2016, mes patrons m’informent que Mme Payette veut nous parler de son départ du Devoir. On me confie le dossier. Quand je me nomme au téléphone, Lise Payette me lance : « Êtes-vous la Sophie Durocher qui est la conjointe de Richard Martineau­­­ ? Alors l’entrevue ne pourra pas avoir lieu. » Madame n’aime pas les textes de mon mari, mais c’est à moi qu’elle en fait payer le prix professionnel.

Elle a été la toute première ministre de la Condition féminine du Québec, mais pour elle, je ne suis que « la femme de... ». Malgré mes 30 ans de métier.

Lise Payette n’est pas mieux que les tapons qui m’appellent Madame Martineau.

Au Québec, il y a des mononcles, mais il y a aussi des matantes.