/lifestyle/sexromance
Navigation

Quand bébé naît, parfois le désir disparaît...

Family and newborn baby. Parents silhouette over white
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Ce petit être arrive à peine dans votre vie que, déjà, tout votre univers est chamboulé ! Votre cœur explose d’amour pour lui, vous n’avez d’yeux que pour ce poupon. Bye bye Éros, buongiorno insomnie ! Pas besoin d’être en dépression post-partum pour se sentir désemparés vis-à-vis de la situation. En théorie, les choses devraient se replacer entre deux et six mois après l’accouchement... En réalité, c’est bien différent ! Mais est-ce possible de vivre cet événement heureux en toute quiétude ? Est-ce possible de ne pas perdre ce désir sexuel au profit de l’enfant qui vient de naître ? Quelques explications...

Post-partum ?

Le post-partum est une situation qu’il ne faut pas prendre à la légère. Comme le mentionne bien l’Association canadienne pour la santé mentale : « Pour la majorité des femmes, mettre un enfant au monde est une expérience très intense, tant du point de vue physique qu’émotionnel. Il est donc naturel pour un bon nombre de nouvelles mamans d’éprouver des sautes d’humeur après l’accouchement, se sentant heureuses et tristes par moments. Ces sentiments sont parfois appelés “baby blues” ou “syndrome du troisième jour”. Dans la plupart des cas, ils disparaissent environ 10 jours après l’accouchement. Cependant, certaines femmes peuvent éprouver une dépression profonde et continue qui durera beaucoup plus longtemps. Il s’agit de la dépression post-partum ». Dans ce cas, ou en cas d’inquiétude, il est important de consulter un médecin. Brigitte, une femme de 32 ans, a hésité longuement : « Quand j’ai accouché de ma deuxième, je ne me comprenais plus. La moindre petite chose me tombait sur les nerfs. J’étais extrêmement fatiguée, ma fille pleurait sans arrêt. Une nuit, je me suis prise à m’imaginer la laisser là et partir. J’ai paniqué. J’en ai parlé à mon chum au bout d’une semaine. Il m’a dit d’aller voir mon médecin, que j’avais peut-être besoin d’aide. Je l’ai fait, heureusement. J’étais effectivement en dépression post-partum, sans le savoir. » Quoi qu’il en soit, n’hésitez surtout pas à consulter si le problème perdure après un an.

Pourquoi ?

C’est la grande question que me posent de nombreux couples : pourquoi c’est comme ça ? Une femme m’a même déjà dit : « Pourtant, j’ai envie d’avoir envie. Mais mon corps et ma tête ne semblent pas vouloir s’accorder ! »

L’adaptation au changement

La toute première raison est sans doute reliée à l’adaptation. Nombreux sont ceux et celles qui se sont retrouvés, seuls à la maison à la sortie de l’hôpital, devant ce premier petit bébé en se demandant ce qu’ils allaient faire maintenant qu’il ou elle est là. La course quotidienne (les changements de couches, les boires, les périodes de repos coupées, s’occuper des autres enfants, et j’en passe) apporte son lot de moments merveilleux, mais aussi d’inquiétudes. Les parents doivent s’adapter. Souvent, chez les couples, il y a interruption d’intimité durant la grossesse, ce qui fait que les partenaires se sont quasiment déshabitués érotiquement l’un de l’autre.

La fatigue

La grande fatigue est sans doute l’ennemie jurée de la libido. Une fatigue physique, mais aussi une fatigue psychologique. Le sentiment de responsabilité prend désormais le pas sur le plaisir spontané. L’aspect ludique de la relation disparaît peu à peu et les couples se retrouvent devant le fait accompli : le désir a disparu.

Les hormones

Les causes hormonales ne doivent surtout pas rester dans l’ombre. Ces chambardements (hausse de la prolactine, par exemple) occasionnent à coup sûr des effets néfastes sur la libido. Évidemment, les causes varient en intensité d’une femme à l’autre et d’un couple à l’autre. Peu importe la cause, il est important de se donner du temps (plus que deux à six mois comme mentionné très souvent dans les livres !) pour reprendre le dessus. Il ne faut toutefois pas négliger la situation et croire qu’elle « s’arrangera » d’elle-même.

Trucs pour redonner envie

Family and newborn baby. Parents silhouette over white
Illustration Fotolia
  • Exit la culpabilité !
  • Apprenez de nouveau à aimer votre corps de femme (avec tous les changements)
  • Pratiquez une rééducation du périnée
  • Retrouvez un équilibre de couple : tentez de renouer avec les activités, les sorties ou les petites habitudes coquines d’avant la naissance
  • Parlez, parlez et parlez encore de ce que vous ressentez
  • Osez redevenir coquins et choisissez vos moments pour vous éclater en toute intimité... lorsque bébé se fait garder, par exemple !