/weekend
Navigation

«C’est un privilège de faire un show qui a trouvé son public»

«C’est un privilège de faire un show qui a trouvé son public»
Photo courtoisie, Guillaume D. Cyr

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la France a tiré la plogue sur Saturday Night Fever, la version québécoise du spectacle musical, tiré du film des années 1970 qui a lancé la carrière de John Travolta, est plus en vie que jamais chez nous. Après avoir attiré près de 60 000 spectateurs l’été dernier, la production mettant en vedette le danseur étoile Nico Archambault s’installera au Théâtre St-Denis pour 18 représentations au mois de mars 2018.

Il retournera ensuite au Capitole de Québec pour faire revivre la fièvre du disco dans la capitale nationale avec une série de cinquante représentations estivales.

Joint à Paris entre deux tournages de l’émission Danse avec les stars, Nico Archambault s’est dit très heureux de retrouver le public et la ville de Québec pour un deuxième été consécutif.

« C’est le fun de voir que la demande est là. Quand on m’a approché pour le spectacle à Paris, jamais je ne me serais imaginé que ça dure aussi longtemps.

Et que ça voyage autant. Je n’avais même pas pensé que ça pourrait venir au Québec. On sent qu’il y a un engouement et un vrai plaisir pour le show. »

«C’est un privilège de faire un show qui a trouvé son public»
Photo courtoisie, Guillaume D. Cyr

 

La nostalgie

Nico Archambault croit qu’au-delà des qualités artistiques du spectacle, l’attachement profond du public québécois envers l’histoire du film, le personnage de Tony Manero et la musique des Bee Gees a largement contribué au succès de SNF à la sauce québécoise.

« Oui, il y avait des jeunes qui venaient au spectacle, mais en majeure partie, c’était des gens qui se replongeaient dans une époque qui les avait marqués », note-t-il.

Autrement dit, Nico Archambault a découvert que la nostalgie à Québec, ça marche.

« En tout cas, dans notre spectacle, oui, ça fonctionne. Je n’ai jamais fait un show qui est présenté à guichets fermés presque tous les soirs et où même les mercredis soir et les dimanches après-midi, qui sont généralement des représentations où le public est plus calme, on pouvait voir des gens debout qui dansaient tout le long et recevoir des ovations. »

« C’est un privilège pour nous de faire un show qui a trouvé son public. Soir après soir, c’est un trip qui se vit entre le public et nous sur la scène », enchaîne Archambault.

«C’est un privilège de faire un show qui a trouvé son public»
Photo courtoisie, Guillaume D. Cyr

 

En couple

Autant à Montréal qu’à Québec, ce sera encore Wynn Holmes, la femme de Nico Archambault, qui reprendra le rôle de Stephanie Mangano, qui était tenu par Fauve Hautot à Paris. Un bonheur pour le couple, qui pourra encore une fois passer du bon temps ensemble au Québec l’été prochain.

« C’est une chance incroyable d’avoir pu partager la scène pendant tout un été et d’avoir vécu ça ensemble. Nous sommes tellement occupés tous les deux dans nos carrières respectives que de savoir qu’on va passer trois mois à partager et échanger sur un même projet constitue un privilège qui n’arrive pas souvent. »

«C’est un privilège de faire un show qui a trouvé son public»
Photo courtoisie, Guillaume D. Cyr

 

Si Saturday Night Fever renaît de ses cendres en France et part à la conquête du monde, ce pourrait être dans sa forme québécoise. Nico Archambault a révélé que des discussions ont déjà été entamées à cet effet. « Le succès a tellement été grand à Québec qu’il y a un désir que la version officielle partout dans le monde soit celle qui a été créée à Québec et non celle de Paris. » Ça ne veut pas forcément dire, précise le danseur, que la troupe serait formée des mêmes artistes québécois et français qui ont passé l’été au Capitole. « Le show est dissociable de la troupe. Je parle du format plus petit, plus compact, dans des salles plus intimes. C’est un show qui est moins long avec des dialogues plus dynamiques, moins édulcorés, plus près du ton du film. Un rythme plus américain en fait. »


À Montréal

Théâtre St-Denis

18 représentations du 14 mars au 1er avril

Les billets sont en vente

À Québec

Capitole

50 représentations du 27 juin au 2 septembre 2018

Billets en vente le 30 octobre

Les têtes d’affiche

  • Nico Archambault : Tony Manero
  • Wynn Holmes : Stephanie Mangano
  • Amélie B. Simard : Annette
  • Joseph Martin : Fosco et Franky Jr
  • Mathieu Lévesque : Bobby
  • Gwendal Marimoutou : Monty le DJ

Les chanteurs

  • Nevedya
  • David Latulippe