/misc
Navigation

Nos auteurs

Jean-Marc Légercombat des générations

Arrêtez de nous traiter de racistes !

Multiracial group of young people taking selfie
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Voici la septième chronique écrite à quatre mains, sous forme d’une discussion entre un baby-boomer (le sondeur Jean-Marc Léger, âgé de 56 ans) et son fils, un millénial (l’étudiant en journalisme Philippe Léger, âgé de 22 ans).


« Le Québec se prépare pour une autre année électorale tragique sur le dos des minorités », M.Patriquin, IPolitics, 8 août 2017.

« La loi 62 est une loi raciste, sexiste et honteuse. », A.Hanes Montreal Gazette, 20 octobre 2017.

« Le Québec est une société qui présente des signes d’aliénation pathologique, digne de peu de confiance et déficiente sur plusieurs aspects de base de la société, que les autres Canadiens tiennent pour acquis. », A.Potter, Maclean’s, 20 mars 2017.

Ces articles sont révoltants. Le Quebec bashing est à la mode au Canada anglais qui fait souvent passer le Québec pour une société intolérante, injuste et raciste, et ce, depuis le débat sur la loi 101, les accommodements raisonnables, la charte des valeurs ou la loi 62 sur la neutralité religieuse.

PL : Pourquoi se fait-on si souvent traiter de raciste au Québec ?

JML : La société québécoise n’est pas plus raciste que les autres. Dans les faits, 18 % des Québécois se disent racistes ou un peu racistes alors que ce taux est de 17 % au Canada anglais. Nous ne sommes ni en France ni aux États-Unis où le taux de racisme dépasse les 30 %.

PL : Les anglophones du reste du Canada confondent nationalisme et racisme quand cela fait leur affaire. Ils comparent le nationalisme québécois aux pires mouvements fascistes, nazis ou du KKK. Pourtant, à l’inverse, ils valorisent le nationalisme canadien.

JML : Le racisme québécois est un mythe colporté par certains médias au Canada anglais, depuis la loi 101. C’est pire depuis le débat sur la charte des valeurs du PQ. Pourtant, la loi 101 a sauvé le Canada, car les 7 millions de Franco-Québécois se sentent bien mieux protégés face au 350 millions d’anglophones qui les entourent.

PL : Mais 18 % c’est encore trop, et je suis parfois gêné des commentaires racistes ou xénophobes des baby-boomers sur Twitter ou Facebook.

JML : C’est malheureusement vrai. On découvre que le niveau de racisme grimpe à 21 % chez les baby-boomers et chute à 16 % chez les milléniaux. Le Québec se dirige dans la bonne direction.

PL : C’est dans mon milieu étudiant qu’on retrouve le niveau de racisme le plus faible (12 %). Plus on est jeune et instruit, moins on a un comportement raciste.

JML : À l’inverse, ce sont les gens qui vivent le plus loin des immigrants, dans le centre du Québec (23 %) et dans l’est du Québec (24 %), chez qui le racisme est le plus élevé.

PL : Bizarre de constater que plus on vit loin des immigrants et plus on se sent menacé.

JML : Un des chercheurs les plus réputés du Québec, le professeur Pierre Fortin, avait découvert que plus il y a une distance, qu’elle soit géographique, professionnelle ou éducative et plus les attitudes étaient négatives envers l’immigration.

PL : C’est pourtant valorisant de fréquenter des gens de toutes les communautés culturelles et de mieux comprendre leur réalité.

JML : La ville de Montréal, avec plus de 100 communautés et 70 langues, est la région la moins raciste au Québec et où les relations avec les communautés culturelles sont les plus harmonieuses.

PL : C’est également fascinant de découvrir dans le sondage que plus on a voyagé dans le monde, plus on apprécie les gens issus des communautés. On dit que les voyages forment la jeunesse.

JML : Mais pour s’ouvrir aux autres, il faut être en paix avec soi-même. Les baby-boomers francophones du Québec se sont battus pour préserver leur langue, leur culture et leur identité, et se sentent encore menacés.

PL : Les jeunes n’y croient pas à cette menace. Nous sommes aussi fiers d’être Québécois que vous, mais nous ne sommes plus sur la défensive et n’avons plus ce complexe d’infériorité.

JML : Vous tenez cela pour acquis. Les relations entre Franco-Québécois et Anglo-Canadiens n’ont jamais été aussi bonnes, mais il faut toujours rester vigilant.

PL : On est passé d’une certaine forme de racisme culturel anti-anglophone à un malaise religieux, surtout envers l’islam. Le chroniqueur Alain Dubuc le disait clairement la semaine dernière : « Le contexte, c’est le malaise à l’égard des pratiques religieuses depuis une dizaine d’années. »

JML : Tu as tellement raison. Ce n’est pas l’immigrant qui fait peur, mais la religion que porte l’immigrant. D’ailleurs, 67 % des gens qui disent que les immigrants ont un impact négatif sur le Québec l’imputent à la religion et non à leur provenance. C’est la révélation de notre sondage.

Les Québécois sont probablement un des peuples les plus accueillants au monde, pourvu qu’on leur parle en français et qu’on laisse la religion à la maison.

Les Québécois ont aussi besoin de se sentir respectés. Il ne faut pas s’excuser d’exister.

Le son d’âge

En ce qui vous concerne, diriez-vous que vous êtes raciste, un peu raciste, pas très raciste ou pas raciste du tout ?

(Question officielle posée par la commission consultative des droits de l’homme 2016 de France.)

PAR RÉGION
  Québec Canada France
  Francophone Anglophone 2016
Raciste 2 % 2 % 5 %
Un peu raciste 16 % 15 % 26 %
Pas très raciste 34 % 28 % 31 %
Pas raciste du tout 48 % 55 % 38 %

PAR GÉNÉRATION
  Milléniaux Baby-boomers
Raciste 4 % 2 %
Un peu raciste 12 % 19 %
Pas très raciste 31 % 36 %
Pas raciste du tout 53 % 43 %