/investigations
Navigation

Allégations d'Annie Trudel: la vérificatrice générale mandatée pour enquêter sur l'AMF

Annie Trudel
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Annie Trudel

Coup d'oeil sur cet article

La vérificatrice générale sera mandatée pour examiner les allégations de l’analyste Annie Trudel qui touchent l’Autorité des marchés financiers (AMF), a annoncé le gouvernement lundi après-midi.

Le mandat attribué à la vérificatrice générale n'inclut cependant pas les allégations du député Guy Ouellette, qui dit avoir été intimidé et muselé par l'UPAC.

En plus du mandat attribué à la vérificatrice générale, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a annoncé son intention d'instaurer un mécanisme de reddition de compte «qui permettra à la population d’avoir confiance en nos institutions» au sein du projet de loi 107, qui donnerait plus de pouvoir à l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

«Indépendance ne veut pas dire absence de reddition de comptes», précise-t-il.

D'ici là, les travaux entourant l'étude du projet de loi 107 sont reportés, «on ve prendre le temps de bien faire les choses», dit M. Coiteux.

Plusieurs membres de l'Assemblée nationale ont exprimé leur désir d'entendre le témoignage du député Guy Ouellette, qui dit avoir été «muselé» par l'UPAC.

«C’est aux parlementaires à prendre une décision quant à la forme que pourrait prendre un éventuel témoignage du député Guy Ouellette, ce n'est pas au gouvernement», indique le ministre Martin Coiteux à ce sujet.

Dans une entrevue publiée lundi, Mme Trudel a affirmé au Journal que le député Guy Ouellette a été arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) parce qu’il s’apprêtait à faire des révélations embarrassantes pour l’organisation policière.

Selon l’analyste, qui a sonné l’alerte sur des pratiques qui ont mené au départ d’une sous-ministre des Transports, l’UPAC et l’Autorité des marchés financiers (AMF) ont mis en place un stratagème allégué qui forcerait des entreprises à recourir à un cabinet de consultants quand elles demandent une accréditation.

Mme Trudel a enjoint M. Ouellette à se rendre à l’Assemblée nationale cette semaine pour dire ce qu’il sait.

L’AMF a rejeté les allégations de Mme Trudel, mais le gouvernement mandatera tout de même un observateur indépendant pour faire la lumière sur la situation, a indiqué une source à notre Bureau d’enquête.

La durée du mandat de vérification n’a pas été précisée pour le moment, dit-on.

– Avec la collaboration d'Alexandre Robillard