/entertainment/stage
Navigation

Valérie Carpentier rejoint Notre Dame de Paris

Valérie Carpentier
Photo Agence QMI, Dario Ayala Valérie Carpentier

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Valérie Carpentier troquera son alter ego Rosie pour Fleur-de-Lys, alors qu’elle rejoint la distribution de Notre Dame de Paris, dont on soulignera les 20 ans au théâtre Saint-Denis au cours de la dizaine de représentations à l’affiche à compter du 5 septembre 2018.

La gagnante de la première édition de La Voix avait partagé sa joie sur Facebook la veille de se glisser dans la peau de son personnage pour offrir La monture, parmi les extraits présentés aux médias mardi.

Quatrième Canadienne à prêter ses traits à Fleur-de-Lys après Natasha St-Pier, Brigitte Marchand et Marilou, la chanteuse aurait, de son propre aveu, préféré jouer Esmeralda, bien que «pas assez bronzée» pour le rôle, a-t-elle plaisanté.

La meilleure école

Néanmoins reconnaissante de pouvoir s’atteler à un tel monument de la chanson, elle s’apprête à sortir de sa zone de confort. «Ce sera très différent pour moi. Quand je défends mes titres, mon band me suis, les tounes changent de forme. Mais là, je devrai apprendre à toujours chanter de la même manière, soir après soir.»

Il s'agit de la meilleure école pour elle, selon Luc Plamondon, qui la connaît depuis qu’elle a enregistré un album à l’âge de 15 ans, réunissant des chansons qu’il avait composées pour Diane Dufresne.

Le parolier, à qui l’on doit la comédie musicale que lui et Richard Cocciente ont adaptée à partir de l’œuvre de Victor Hugo, a fait appel à un autre Québécois, l’ex-académicien Martin Giroux, pour amorcer la tournée en France en 2016. «Je l’ai entendu lors d’un spectacle de Gregory Charles au Casino. Tout le monde veut reprendre Phoebus, joué par Patrick Fiori à l’origine, mais encore faut-il avoir la voix», a-t-il appuyé, heureux de revenir au St-Denis, là où «Notre Dame de Paris» a été présenté 161 fois à guichet fermé. «C’est comme revenir à la maison.»

Un pilier

Martin Giroux clamera ainsi son amour à la bohémienne Esmeralda, la Libanaise Hiba Tawaji, en mêlant sur «Belle» sa voix à celle d’Angelo Del Vecchio, Quasimodo en trois langues depuis 2001 – et du pilier Daniel Lavoie, seul vétéran de la production originale qui renfile la soutane de Frollo. Quant à Gringoire, qui fait vibrer «Le temps des cathédrales» popularisé par Bruno Pelletier, il est désormais tenu par Richard Charest, longtemps à l’œuvre dans les chaussures de Phoebus à titre de doublure.

Depuis sa première représentation le 16 septembre 1998 au Palais des congrès de Paris, «Notre Dame de Paris» a été vue par 10 millions de spectateurs dans 20 pays et en 9 langues.

Ils les ont incarnés en français

Esmeralda :

  • Hélène Ségara
  • France D'Amour
  • Corinne Zarzour
  • Mélanie Renaud
  • Stéphanie Bédard
  • Hiba Tawaja

Quasimodo:

  • Garou
  • Mario Pelchat
  • Gino Quilico
  • Matt Laurent
  • Angelo Del Vecchio

Frolo:

  • Daniel Lavoie (jusqu’à tout récemment)
  • Herbert Léonard
  • Robert Marien

Gringoire:

  • Bruno Pelletier
  • Sylvain Cossette
  • Jean-François Breau
  • Richard Charest

Phoebus:

  • Patrick Fiori
  • Pierre Bénard-Conway
  • Yvan Pedneault
  • Martin Giroux

Clopin:

  • Luck Mervil
  • Charles Biddle Junior
  • Jay

Fleur-de-Lys:

  • Julie Zenatti
  • Natasha St-Pier
  • Brigitte Marchand
  • Marilou
  • Valérie Carpentier