/opinion/columnists
Navigation

Voilée ou violée

Tariq Ramadan
Photo d'archives, AFP Tariq Ramadan

Coup d'oeil sur cet article

La France est secouée par des accusations d’agressions sexuelles qui auraient été présumément commises par la rock star de l’islamisme, petit-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan al-Banna et professeur à l’université d’Oxford, l’islamologue et prédicateur suisse de 55 ans, Tariq Ramadan.

Il fait salle comble lorsqu’il vient à Montréal donner des conférences. Quand je suis allée l’entendre, l’auditoire était surtout composé de femmes, la plupart voilées.

Fin finaud

Le type a du panache, beaucoup de charisme et un rare talent pour le double discours : modéré — mais tordu — pour les non-musulmans occidentaux et tranchant lorsqu’il s’adresse, en arabe, à des musulmans en terres islamiques.

Débattre avec lui, c’est comme pêcher à mains nues.

Par exemple, questionné au sujet des châtiments corporels dans l’islam, dont la lapidation des femmes, il a suggéré un « moratoire » !

Il est l’exemple parfait du réformateur-fondamentaliste, comme le décrit sa bête noire, l’essayiste française Caroline Fourest. « Avancez en arrière » lui irait à merveille comme devise.

Allégations graves

La semaine dernière, Henda Ayari, une ex-intégriste devenue militante laïque, a accusé Tariq Ramadan de l’avoir agressée sexuellement. Deux autres plaintes ont été déposées par la suite. La police a ouvert des enquêtes pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort ».

« Pour lui, soit vous êtes voilée, soit vous êtes violée », disait Henda Ayari au Parisien.

Des allégations qu’il rejette. Il a porté plainte à son tour pour calomnie.

Ayant mené leur propre enquête, ses supporteurs ont découvert qui a orchestré cette symphonie de mensonges au sujet de Tariq Ramadan. Je vous le donne en mille, mais ne le dites à personne.

Ce sont les juifs. Les sionistes. Pour les islamistes, c’est pareil.

La violence des propos antisémites et des menaces à l’encontre des dénonciatrices sur les réseaux sociaux est affolante.

Ils sont nombreux à vouloir venger leur idole.