/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi Valérie Plante

Pourquoi Valérie Plante
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Que l’on soit de droite ou de gauche, comment ne pas être impressionné par la performance de Valérie Plante pendant la campagne municipale qui s’achève ?

Sans coups d’éclat, sans promesses pour attrape-nigauds (en termes d’utilité, souhaiter une nouvelle ligne de métro, si improbable soit-elle dans un avenir immédiat, n’est pas la même chose que d’être obsédé par le baseball) et sans diviser, une pure inconnue se retrouve nez à nez avec un maire archi médiatisé.

Gagnera-t-elle ? La semaine dernière, j’aurais dit non, mais le mea culpa du maire au sujet des billets vendus pour la course de Formule électrique confirme que la panique règne dans le camp Équipe Coderre.

Le prix de la FE

Avec 5000 billets vendus selon une estimation de TVA Nouvelles que personne ne conteste, je comprends pourquoi le maire se faisait peu bavard, lui qui a toujours la langue bien pendue. Mais c’est trop tard et surtout trop peu.

On ne verra le bilan financier qu’après les élections. Où sont allés les 24 millions $ plus la marge de crédit de 10 millions $ allongée par la Ville ?

Rappelez-vous que Montréal est la seule ville qui paye de sa poche pour avoir la FE. Pourquoi ?

Pourquoi taper sur le clou de la FE ? Parce que ce dossier est riche en tout ce qui discrédite l’administration actuelle. Des secrets. Des alliances nébuleuses (le commanditaire principal de la FE est une banque suisse déjà condamnée à 547 millions $ US pour évitement fiscal criminel). L’arrogance. L’imposition de projets malgré la grogne citoyenne, et surtout le tripotage des faits même quand ça sent le mensonge à plein nez.

Si j’habitais encore Montréal, j’accorderais ma confiance à Valérie Plante malgré mes réticences face à la gauche. L’idée qu’on cède la place à des nouveaux politiciens qui voient et font les choses autrement me séduit.