/finance/news
Navigation

Cinq astuces pour mieux négocier votre hypothèque

Cinq astuces pour mieux négocier votre hypothèque
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le 17 octobre dernier, l’autorité réglementaire des banques du Canada annonçait de nouvelles règles concernant les prêts hypothécaires.

À compter du 1er janvier 2018, les futurs acheteurs non assurés par la SCHL devront se soumettre à un « stress test » plus exigeant.

Il est notamment question, pour les acheteurs qui versent une mise de fonds égale ou supérieure à 20 % de la maison, de l’obligation à se qualifier au plus élevé des deux taux suivants : soit le taux hypothécaire contracté majoré de deux points de pourcentage, soit le taux de cinq ans fixé par le Banque du Canada.

Concrètement, ce genre de mesure restreint les capacités d’emprunt hypothécaire des Canadiens. Voici donc cinq points à considérer afin d’optimiser votre hypothèque.

Faites le budget de vos dépenses

1. En devenant propriétaire, l’hypothèque ne sera pas votre seule dépense. Plusieurs acheteurs, souvent de nouveaux propriétaires qui vivaient jusque-là en appartement, oublient ou négligent tous les frais qui accompagnent la responsabilité d’une hypothèque. Il y a bien sûr les frais d’accès à la propriété (comme la taxe de bienvenue et les frais de notaire), mais aussi les taxes municipales et scolaires, ainsi que les frais d’entretien.

Prévoyez une éventuelle hausse des taux d’intérêt

2. Ceux-ci risquent d’augmenter à nouveau dans les années à venir. Faites donc des choix en toute connaissance de cause. Choisirez-vous un taux fixe ou variable ? Un taux fixe vous mettra à l’abri des fluctuations pour quelques années.

Faites affaire avec un courtier hypothécaire

3. En plus de vous dénicher les meilleures conditions hypothécaires, un courtier pourra également vous accompagner dans le processus de préapprobation hypothécaire. Ce processus permet de valider votre crédit avant même de signer une entente de financement.

Prévoyez un coussin

4. Être propriétaire entraîne son lot d’imprévus : un toit à refaire, une inondation, des fondations à réparer, et j’en passe. Conservez une somme d’argent prête à être déboursée pour de tels scénarios. Ne laissez pas la pensée magique du crédit tout régler à votre place.

Évaluer vos options

5. Certaines modalités de paiement vous feront épargner en frais d’intérêt. Ce sera notamment le cas si vous remboursez plus rapidement votre hypothèque. Par exemple, une hypothèque de 100 000 $ amortie sur 15 ans plutôt que sur 25 ans vous fera économiser 21 325 $, seulement en frais d’intérêt. Dans le même ordre d’idée, certains plans hypothécaires permettent de verser chaque année un paiement anticipé, ce qui aide également à réduire la taille de votre emprunt.

CONSEILS

  • Comme dans toute chose, la modération a bien meilleur goût. Évitez de faire dans l’excès et de vous endetter au maximum de votre capacité. Visez avant tout à combler vos besoins. Par la suite, vous aurez moins de chances d’être pris à la gorge si survient une hausse inattendue des taux hypothécaires. 
  • Au moment de renouveler votre hypothèque, n’hésitez pas à négocier les termes de votre entente, surtout si vous restez avec le même prêteur. 
  • Si vous changez de prêteur en cours de route, pensez que beaucoup de prêteurs exigent des frais de transfert ainsi que des frais de nouveau dossier pour les nouveaux clients.

Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ.