/sports/opinion/columnists
Navigation

GSP un exploit phénoménal

GSP un exploit phénoménal
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’est un exploit phénoménal. Invraisemblable. Ce qu’a réussi Georges St-Pierre au Madison Square Garden de New York va entrer dans les livres d’histoire du sport comme le plus éclatant retour de tous les temps.

« Le plus éclatant retour de tous les temps ! » rien de moins.

Georges St-Pierre avait quitté la compétition le 16 novembre 2013 à Las Vegas. Il avait 32 ans. Quatre ans plus tard, en prenant 15 livres de muscles, il revient pour dominer et vaincre Michael Bisping par soumission au troisième round.

C’est du jamais vu dans tous les sports.

Muhammad Ali était dans la vingtaine quand le gouvernement américain lui a volé son titre de champion du monde des poids lourds. Quand il est revenu, trois ans et demi plus tard, il a vaincu Jerry Quarry, un bon boxeur de la Californie, mais il ne s’est pas attaqué tout de suite au champion du monde.

Et même là, tous les experts soutiennent qu’Ali était rouillé.

GUY LAFLEUR ET MICHAEL JORDAN

D’autres surdoués ont pris des retraites et ont réussi un retour au jeu. Guy Lafleur est revenu avec les Rangers de New York, mais il n’avait plus rien d’un marqueur de 50 buts. Et Michael Jordan, après un bref hiatus dans le baseball AAA n’a jamais été confronté à un défi aussi colossal que celui de Georges St-Pierre.

Il reste George Foreman. Big George est un cas à part. Après sa défaite contre Muhammad Ali, il était brisé mentalement. Après une autre défaite contre Jimmy Young, il est allé prendre sa douche et c’est là qu’il a accueilli Jésus en lui. Il est devenu pasteur et est revenu dix ans plus tard à la boxe pour ramasser des fonds pour ses œuvres de charité.

Après quelques combats, il a battu Michael Moore pour redevenir champion du monde, le plus vieux de l’histoire.

Mais il n’a pas plongé tout de suite dans un championnat du monde de l’UFC, dans une catégorie nouvelle pour lui, dans un combat de vie ou de mort. L’exploit de GSP est fou.

UN HOMME SPÉCIAL

Je n’ai pas la prétention d’être un ami de Georges St-Pierre. Mais en diverses occasions j’ai passé de longs moments avec lui. Que ce soit pendant des soupers-bénéfice ou lors d’entrevues longuement planifiées à l’avance. Des entretiens de plus d’une heure.

Cet homme est différent. Il a des peurs qui ne sont pas celles de tout le monde. Lui, le combattant ultime, a longtemps dormi la lumière allumée. Il a également des convictions qui ne sont pas celles du commun des mortels. Il est allé très loin dans l’étude et la pratique des arts martiaux. Le respect de l’adversaire n’est pas une vague notion. Le respect du public est une chose sérieuse.

Qu’il ait été épuisé mentalement après toutes ces défenses de son titre ne m’avait pas surpris. À part une explosion de défoulement avec ses amis après chacun de ses combats, St-Pierre est sérieux. Il lit, étudie, réfléchit. Et comme il est une vedette internationale de la magnitude d’une rock star, il a dû vivre sous la pression pendant plus de dix ans. Georges St-Pierre était une vedette en Malaisie, aux Philippines, au Japon ou aux États-Unis avant d’être célèbre au Québec. Je l’ai constaté sur le terrain lors de mes voyages. Big time.

TENIR TÊTE À DANA WHITE

J’avais peur de ce combat. J’étais convaincu que GSP allait manger une raclée. Je l’avais sous-estimé. Et comment. Il était quatre heures du matin quand je me suis réveillé la nuit dernière. J’ai pris ma tablette et je suis allé sur YouTube. Le combat au complet était disponible. Je me suis dit que ça ne durerait pas et effectivement, une heure plus tard, les dirigeants de l’UFC l’avaient fait enlever.

St-Pierre a dominé le combat. Plus intelligent, plus stratégique que le champion, il a gardé le contrôle de la situation. La différence, c’est qu’à 185 livres, Bisping était capable de se relever alors qu’à 170 livres, la puissance de Georges empêchait son adversaire de se relever. Mais il s’est vite ajusté.

Georges St-Pierre est redevenu champion. Dans des circonstances inoubliables. J’espère qu’il lui reste de l’énergie et de solides conseillers pour tenir tête à Dana White. Tellement de combattants de l’UFC se sont fait fourrer jusqu’au trognon de pomme par ce malappris que je souhaite que GSP fasse sauter la banque et tout le building d’ici à son prochain combat.

Le plus grand de tous les temps, ça se paye !