/news/politics
Navigation

Trudeau accusé de protéger ses amis

Trudeau accusé de protéger ses amis
Photo AGENCE QMI, Matthew Usherwood

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les libéraux de Justin Trudeau, qui répètent vouloir défendre « la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie », sont accusés par l’opposition de protéger leurs riches amis dans la foulée des révélations des Paradise Papers.

« Si les libéraux ne font rien dans la lutte aux paradis fiscaux, cela ne serait-il pas parce qu’ils protègent la famille libérale ? », a lancé le néo-démocrate Alexandre Boulerice au premier ministre, lundi, dans un échange au Parlement.

Le Toronto Star a révélé que l’ami de Justin Trudeau et principal collecteur du fonds du Parti libéral du Canada, Stephen Bronfman, aurait trempé dans un stratagème pour cacher 60 millions $ US dans un paradis fiscal. Il aurait dissimulé au fisc canadien des millions aux îles Caïmans, avec l’aide de l’ancien sénateur libéral Leo Kolber, un proche de Pierre Elliott Trudeau.

Des allégations qu’a niées avec vigueur M. Bronfman, lundi.

« Hypocrisie »

Le chef conservateur Andrew Scheer reproche quant à lui aux libéraux d’être « hypocrites », eux qui souhaitent abolir des échappatoires fiscales pour les PME.

« Pourquoi le premier ministre fait-il toujours payer les honnêtes familles de la classe moyenne tout en permettant à ses amis d’éviter de payer de l’impôt au Canada ? », a-t-il lâché au visage du premier ministre à la Chambre des Communes.

Bombardé de questions au sujet de son ami Bronfman, Justin Trudeau a soigneusement évité de prononcer son nom en Chambre. Le premier ministre a plutôt insisté sur les mesures mises en place par son parti dans les deux dernières années pour lutter contre l’évasion et l’évitement fiscaux.

« Dans les deux derniers budgets, nous avons investi presque 1 milliard de dollars afin de cibler les contribuables à haut risque ici et à l’étranger, s’est-il défendu. L’Agence du revenu du Canada examine les liens avec les entités canadiennes et prendra toutes les mesures appropriées en ce qui concerne les Paradise Papers. »

Mais pour le néo-démocrate Guy Caron, le gouvernement Trudeau s’en prend ainsi « aux Canadiens ordinaires » tout en laissant filer les « gros poissons ».

Embarras

Visiblement embarrassés, tous les ministres libéraux qui se sont présentés devant la presse au Parlement lundi ont évité de commenter directement le cas de M. Bronfman.

« Sachez que je ne discuterai pas de cas particuliers ici cet avant-midi, ni cet après-midi, ni demain, ni plus tard, parce que la loi me l’interdit », a déclaré d’emblée la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, en se présentant devant les journalistes.

Celle-ci ainsi que d’autres ministres libéraux ont aussi éludé la question à savoir si le parti doit couper les ponts avec son grand argentier jusqu’à ce que lumière soit faite dans cette histoire.