/news/politics
Navigation

L’évitement fiscal est une priorité, assure le PLC

Diane Lebouthillier
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS Diane Lebouthillier

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau assure que l’évasion et l’évitement fiscaux sont pour lui une priorité alors que son grand argentier est accusé d’avoir trempé dans un stratagème pour cacher 60 millions $ US dans les paradis fiscaux.

«Pour nous, c’est important, a laissé tomber lundi matin la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, en rappelant que son gouvernement investira quelque 1 milliard pour récupérer des sommes qui se cachent à l’étranger.

«La population a raison d’être offusquée puis c’est pour ça qu’on continue de travailler très fort», a-t-elle ajouté.

Le responsable du financement du Parti libéral du Canada Stephen Bronfman, avec l’ancien sénateur libéral Leo Kolber, aurait placé des millions à l’abri de l’impôt canadien aux îles Caïmans, selon une enquête du Toronto Star et CBC/Radio-Canada.

Des allégations qu’a niées avec vigueur M. Bronfman, lundi.

«Stephen Bronfman n'a jamais eu aucune autre implication de quelque nature que ce soit, ni directe ni indirecte, dans la fiducie Kolber», indique le richissime homme d’affaires dans son bref communiqué.

Tous les ministres libéraux qui se sont présentés devant la presse au Parlement en matinée ont évité de commenter directement le cas de M. Bronfman.

«Sachez que je ne discuterais pas de cas particuliers ici cet avant-midi, ni cet après-midi, ni demain, ni plus tard parce que la loi me l’interdit», a déclaré d’emblée Mme Lebouthillier en se présentant devant les journalistes, pour aller au-devant des coups.

Cette dernière, ainsi que d’autres ministres libéraux, ont aussi éludé la question à savoir si le parti doit couper les ponts avec son grand argentier jusqu’à ce que lumière soit faite dans cette histoire.

«On ne commente pas de cas précis», a dit le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos.

Dans un échange de courriel, un porte-parole du Parti libéral souligne que Stephen Bronfman est un bénévole au sein du parti et qu’il ne participe pas à l’élaboration des politiques.

Pour l’opposition conservatrice, les révélations liant le Parti libéral aux Paradise Papers ne font qu’alimenter le «cynisme» envers la classe politique.

Le chef parlementaire du Nouveau parti démocratique, Guy Caron, soutient pour sa part que l'affaire montre «que les gens qui appuient fortement» les libéraux, comme Stephen Bronfman, «sont ceux qui ne paient pas leur juste part».