/24m/outings
Navigation

L’histoire d’une femme émancipée qui décide de s’exploiter

Les comédiens Étienne Pilon et Catherine Saint-Laurent en répétition de la pièce «Filles en Liberté».
Les comédiens Étienne Pilon et Catherine Saint-Laurent en répétition de la pièce «Filles en Liberté».

Coup d'oeil sur cet article

La pièce de théâtre «Filles en liberté», présentée à partir de mardi au Théâtre La Licorne à Montréal, est le produit d’une équipe de création exclusivement féminine, une rareté dans le monde du théâtre québécois.

«Pour ce projet, c’était important pour moi que ça soit des femmes qui regardent la proposition de [l’auteure] Catherine [Léger] et qui s’en emparent», a expliqué Patrice Dubois, directeur artistique du Théâtre PÀP et metteur en scène de «Filles en liberté».

Pour Odile Gamache, qui travaille sur les décors et accessoires, le travail du groupe ne devrait cependant pas être apprécié seulement pour cette raison, même s’il existe véritablement une disparité entre le travail attribué aux hommes et aux femmes dans le monde du théâtre au Québec.

«C’est vrai que c’est rare qu’on se ramasse une gang de filles, mais on trouve ça plate que ça soit perçu comme "la belle gang de filles" qui fait ça tandis qu’en fait, on est toutes des conceptrices, a expliqué Mme Gamache. Au fond, ça ne change rien.»

Selon elle, plutôt que réduire la pièce à une œuvre féministe, «Filles en Liberté» devrait être vu comme une pièce intelligente et drôle à sa façon réalisée par une équipe de professionnelles et qui plaira aux hommes comme aux femmes de générations différentes.

Questionner ce qu’être libre veut vraiment dire

La production du Théâtre PÀP en codiffusion avec La Manufacture, présentée jusqu’au 2 décembre, raconte l’histoire de jeunes femmes exubérantes décidant de s’émanciper au point de s’exploiter elles-mêmes plutôt que l’être par quelqu’un d’autre.

«C’est une pièce dans laquelle j’amène les enjeux de la féminité de manière extrême», a expliqué Catherine Léger. À un point tel où l’un des personnages veut inventer le concept de pornographie équitable du terroir du Québec», a-t-elle ajouté en riant.

Une comédie noire et incisive, la pièce traite des aventures prenantes d’hommes et de jeunes femmes de générations différentes et en profite pour critiquer au passage une société de consommation et de divertissements ayant un effet pervers sur notre capacité d’apprécier l’art de façon sincère.