/news/politics
Navigation

Cités dans les «Paradise Papers»

Cités dans les «Paradise Papers»
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | De célèbres Canadiens visés par l’enquête des Paradise Papers, révélée ici par Radio-Canada et le Toronto Star, se joignent aux fortunés de partout qui nient avoir quoi que ce soit à se reprocher quant à leurs avoirs dans des paradis fiscaux. 

Chrétien, Martin et Mulroney

L’ex-premier ministre Jean Chrétien a nié avoir eu un compte de banque dans un paradis fiscal et soutient que le reportage qui l’associe avec une entreprise incorporée aux Bermudes est « faux ». Le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) a révélé dimanche que l’ex-politicien avait œuvré pour la compagnie Madagascar Oil Limited, basée dans ce pays.

La compagnie de l’ex-premier ministre Paul Martin, Canada Steamship Lines (CSL), et une entreprise liée à une vente d’armes en Arabie saoudite où siège l’ex-premier ministre Brian Mulroney sont aussi citées dans l’enquête. Par l’entremise de son avocat, M. Mulroney a déclaré à Radio-Canada être « fier » de sa participation à ce conseil d’administration.

Le Canadien

Cités dans les «Paradise Papers»
Photo d’archives

 

 

Le célèbre club de hockey de Montréal a assuré aux journalistes de Radio-Canada qu’il avait agi en « conformité avec la Loi de l’impôt sur le revenu ». Le CH aurait établi une fiducie aux Bermudes pour gérer le fonds de pension de ses employés jusqu’en 2010.

Hydro-Québec

Cités dans les «Paradise Papers»
Photo d’archives

 

 

La société d’État québécoise a déclaré n’avoir « en aucun cas fait de l’évitement fiscal » dans la création d’une entreprise aux Bermudes à l’aide du cabinet Appleby, visé par les Paradise Papers. Étant donné qu’elle appartient au gouvernement, Hydro-Québec, de toute façon, ne paie pas d’impôt, précise sa porte-parole Lynn St-Laurent. En 1999, la société d’État avait créé dans ce paradis fiscal Hydro-Québec International China, qui avait pour but de percer le marché chinois, mais qui n’existe plus.

Saputo

La famille Saputo aurait établi une société aux Bermudes par « affaires » et non pour des raisons fiscales, s’est défendu le porte-parole de la société d’investissement de Lino Saputo, Jolina Capital. L’homme d’affaires montréalais a été cité dans l’enquête pour avoir été l’un des propriétaires de la compagnie ATS Bermuda 1 Limited dans ce paradis fiscal, qui aurait servi à y enregistrer un avion.

Administration Trump

Un proche de Donald Trump éclaboussé par les révélations qui le lient à une entreprise russe affirme ne rien avoir à se reprocher. « Il n’y a rien de mal dans cela », a déclaré au quotidien The Guardian le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross. Des documents ont retracé ses investissements dans une compagnie qui appartient au gendre du président russe Vladimir Poutine.

La reine Elizabeth II

Cités dans les «Paradise Papers»
Photo d’archives

 

 

La reine est elle-même citée par l’enquête en raison de millions de livres sterling de sa fortune privée dans des fonds de placement situés dans un paradis fiscal, les îles Caïmans, liés à des activités controversées. Son porte-parole a indiqué à The Guardian de Londres que la souveraine n’était pas consultée pour ces décisions d’investissement et qu’on ne l’en informait pas.

Apple

Cités dans les «Paradise Papers»
Photo d’archives

 

 

« Nous payons tous les impôts que nous devons », avait soutenu en mai le dirigeant d’Apple, Tim Cook, devant les sénateurs américains. Les Paradise Papers révèlent plutôt que la multinationale américaine aurait utilisé la firme d’avocats Appleby pour mettre en place une structure financière complexe dans le paradis fiscal des îles Jersey. Le fabricant de l’iPhone aurait économisé quelque 128 milliards $ US, estime le quotidien The New York Times.

Bono et Madonna

Les noms d’autres vedettes internationales se sont aussi retrouvés dans l’enquête internationale. Bono, le chanteur de U2, dit n’avoir eu « qu’un investissement minoritaire passif » dans une compagnie basée à Malte et propriétaire d’un centre d’achats en Lituanie. La chanteuse américaine Madonna détiendrait quant à elle 2000 actions d’une entreprise des Bermudes, SafeGard Medical Limited.

Nike, Loblaws, Suncor

La multinationale Nike utiliserait des filiales dans des paradis fiscaux pour y déclarer les revenus tirés de l’usage de ses logos. L’entreprise Loblaws aurait aussi eu des filiales à la Barbade et aux Bermudes pour y placer l’argent généré par sa carte de crédit maison, MasterCard Services financiers le Choix du Président. Suncor Énergie aurait également été liée à des entreprises aux Bermudes dans les années 1990.