/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Notre télé aura enfin sa place sur YouTube

Coup d'oeil sur cet article

Aujourd’hui, YouTube inaugure à Toronto une nouvelle chaîne spéciale consacrée uniquement à du contenu canadien. Pour l’instant, le catalogue de cette chaîne canadienne est plutôt modeste, mais le nombre d’émissions, de séries et de films qu’elle présentera devrait doubler d’ici au mois de mars prochain et continuer d’augmenter graduellement par la suite.

La chaîne sera à la télévision canadienne ce qu’Éléphant, le projet créé et soutenu par Québecor, est au cinéma québécois. La chaîne assurera la pérennité de films de long métrage, de séries et émissions francophones et anglophones. Elle réservera aussi une place aux œuvres autochtones, qui devraient représenter environ 10 % du contenu.

L’an dernier, le CRTC et l’Office national du Film ont organisé à Ottawa un colloque de deux jours sur ce qu’ils ont appelé « le sommet de la découvrabilité ». Il s’agissait pour les participants de trouver des solutions pour que nos émissions canadiennes « se fassent voir », non seulement chez nous mais à travers le monde. On y a tenu de savants propos, on y a invité de célèbres conférenciers, mais on cherche encore des solutions.

CHOISIR, QUEL DILEMME !

La nouvelle chaîne est en quelque sorte une réponse pratique au problème de découvrabilité. Ce n’est pas seulement notre problème, mais celui de tous les pays. C’est aussi celui de chacun d’entre nous.

Il n’existe pas d’études sur le sujet, mais je suis convaincu que des millions de personnes s’accrochent à leurs vieilles habitudes d’écoute parce qu’elles n’arrivent plus à choisir. Elles regardent presque toujours le même genre d’émissions et les mêmes chaînes parce qu’elles se sentent impuissantes devant les centaines d’émissions que leur offre la télé traditionnelle et les milliards de vidéos qui sont disponibles sur internet.

Même s’ils sont censés nous simplifier la vie en nous proposant des choix semblables à ceux que nous avons déjà faits, j’ai l’impression que les algorithmes, l’arme secrète de Netflix et compagnie pour nos appâter, amplifient encore notre indécision.

Après avoir repassé deux ou trois fois le guide qu’on présente à l’écran, après avoir soupesé les choix qu’offrent Illico ou Netflix, butiné sur YouTube et consulté mon Apple TV, combien de soirs je finis par tout éteindre pour me rabattre sur un livre ou un magazine.

300 HEURES À LA MINUTE

S’il n’y avait ni algorithme, ni chaînes spéciales, ni lien internet pour attirer notre attention, trouver un contenu sur YouTube serait comme chercher une aiguille dans une botte de foin grosse comme l’Everest. Il y a de quoi. Toutes les minutes, des individus du monde entier téléchargent 300 heures de vidéos sur YouTube et on visionne chaque jour cinq milliards de vidéos.

En plus d’être la télévision du peuple – n’importe qui pouvant s’y faire voir – YouTube est devenu une véritable télévision « mondiale ». On y trouve des vidéos en 76 langues sur autant de sujets et de thèmes qu’on puisse imaginer.

Alors que les Américains constituent la moitié des abonnés de Netflix, seulement 20 % des 30 millions de personnes qui syntonisent YouTube chaque jour sont d’origine américaine. D’ici à sept ou huit ans, YouTube sera l’unique plateforme que fréquentera la moitié des téléspectateurs âgés de 32 ans et moins.

Dieu soit loué, à partir d’aujourd’hui, le Québec et le Canada y sont assurés d’une petite place !

TÉLÉPENSÉE DU JOUR

Cherche d’urgence spécialiste pouvant apprendre à sourire au chef. S’adresser au Parti libéral du Québec.