/entertainment/tv
Navigation

Le réalisateur Sylvain Archambault visé à son tour par des allégations

Le réalisateur Sylvain Archambault
Photo Agence QMI, Philippe-Olivier Contant Le réalisateur Sylvain Archambault

Coup d'oeil sur cet article

Le nom du réalisateur Sylvain Archambault s’ajoute à la liste des personnalités du monde artistique qui sont visées par des allégations d’inconduites sexuelles.

Selon «La Presse +» de mercredi, celui qui a piloté les séries à succès «Les pays d’en haut», «Mensonges», «Cheval-Serpent», «Les Lavigueur: la vraie histoire» ainsi que le film «Piché – Entre ciel et terre» aurait mis mal à l’aise les équipes œuvrant sur ses plateaux en raison de certains de ses comportements et aurait même offensé des comédiennes, l’une d’elles résumant la situation en disant qu’Archambault aime «humilier ses comédiens».

Une vingtaine de personnes, tant des comédiens que des techniciens ayant requis l’anonymat, ont témoigné dans ce papier. Il est entre autres question d’attouchements, de consommation d’alcool sur les plateaux et d’interventions de l’Association québécoise des techniciens de l’image et du soin (AQTIS) touchant le réalisateur, qui a aussi beaucoup œuvré dans le milieu de la publicité.

Des scènes inédites ne figurant pas dans le scénario de projets auraient aussi été tournées à la demande d’Archambault.

Le réalisateur nie catégoriquement

Sylvain Archambault s’est défendu dans le même reportage en disant avoir un «humour de mononcle» et indiqué qu’il ne croyait pas avoir «choqué» tant de gens. Il a nié avoir tourné des «bloopers à caractère sexuel», avoir tenu des propos à caractère sexuel et fait des attouchements.

Dans un communiqué en matinée, le réalisateur a fait savoir que «les personnes ayant formulé des propos mensongers feront l'objet de procédures judiciaires».

Dénonçant l’anonymat, qui selon lui «permet de dire n'importe quoi, même des faussetés», Sylvain Archambault a dit souhaiter que «les personnes qui ont fait les révélations sous le couvert de l'anonymat le fassent à visages découverts pour devoir prouver leurs allégations».