/opinion/blogs
Navigation

Lettre à GND, l’individualiste

Le député Gabriel Nadeau-Dubois.
Photo Simon Clark Le député Gabriel Nadeau-Dubois.

Coup d'oeil sur cet article

Monsieur le député,

Je tiens d’abord à vous dire que même si je désapprouve à peu près toutes les idées politiques que vous mettez de l’avant, j’ai un immense respect pour la fonction que vous occupez et les sacrifices personnels qu’elle demande.

 En parlant de sacrifice, j’ai remarqué que vous portez un coquelicot blanc en signe d’appui à la campagne «Échec à la guerre». Comme vous le savez, je suis un ardent défenseur des libertés individuelles. Il serait donc illogique pour moi de vous demander de le retirer. Par contre, je remarque un manque de cohérence de votre part dans le fait que vous portiez un tel coquelicot.

«C’est conforme aux idéaux politiques de Québec solidaire», me direz-vous probablement. Peut-être, mais c’est surtout foncièrement individualiste. Vous savez, le fameux «je-me-moi» que vos amis socialistes et vous scandiez à ceux qui voulaient juste aller à leurs cours? C’est bien ça dont il s’agit ici.

Le grand démocrate que vous êtes, éduqué dans les meilleures écoles privées, devrait savoir que les soldats répondent aux ordres d’une autorité gouvernementale démocratiquement élue à majorité. J’attire également votre attention sur le fait que tous les systèmes politiques pour lesquels vous auriez pu avoir de l’admiration ont eu une armée pour assurer leur défense. Particulièrement ceux situés fortement à gauche de l’axe politique...

Je ne connais pas de soldats qui aiment la guerre. Qui aiment laisser leurs familles pendant des mois pour aller risquer leur vie. Mais puisqu’ils ont juré fidélité à la collectivité, ils se sacrifient au nom du bien collectif au gré des décisions des élus du peuple. En portant le coquelicot blanc, (par-dessus le rouge de la Légion, comme pour comble d’insulte), vous faites bel et bien preuve d’individualisme. «Je me fiche de ceux qui ont servi la collectivité, MOI, je n’aime pas ça la guerre.»

Vous pourriez aussi être tenté de me répondre que le fait de porter le coquelicot blanc ne veut pas dire que vous désapprouvez nécessairement les soldats. Toutefois, pour nous les vétérans, cela relève de l’insulte. C’est comme si quelqu’un allait manifester pour le droit des hommes en pleine Journée de la Femme ou s’afficher pour le droit des Blancs lors d’une manifestation en soutien aux Autochtones. Ça ne veut pas dire qu’il dénigre les femmes ou les Autochtones, mais le choix du moment matérialise fortement le manque de respect. Souvent, ce sont les extrémistes qui agissent de la sorte. J’ose espérer que ce type de politique est derrière vous.

Au final, vous pourrez bien faire comme vous voulez. Grâce à ceux qui y ont laissé leur vie il y a plusieurs décennies, chacun est libre ici d’arborer tout symbole de son choix. Mais je pense sincèrement que vous gagneriez en hauteur à mettre de côté les rengaines de cégepiens frustrés face aux soldats et à plutôt rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour cette collectivité comme tout élu digne de sa fonction. Une collectivité si chère à vos yeux habituellement....



Amicalement,



Caporal Laurent Proulx (ret)


12e Régiment Blindé du Canada,

Valcartier 
Afghanistan, GT3R22eR, 2007-2008

Laurent Proulx lors de son service en Afghanistan en 2007.
Courtoisie Laurent Proulx
Laurent Proulx lors de son service en Afghanistan en 2007.