/entertainment/movies
Navigation

L’épouse de Tomas Plekanec tourne au Québec

Lucie Vondrackova est une star en République tchèque

Lucie Vondrackova
Phtoto Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Actrice et chanteuse très connue chez elle, en République tchèque, Lucie Vondrackova tente maintenant sa chance au Québec : l’épouse du joueur de hockey Tomas Plekanec sera la vedette principale de deux films anglophones qui ont été tournés à Montréal et à Mont-Tremblant, a appris Le Journal.

Rencontrée il y a quelques semaines dans la maison de la famille Plekanec, à L’Île-des-Sœurs, Lucie Vondrackova s’est dite très heureuse de pouvoir enfin tourner au Québec. Si elle a attendu si longtemps pour le faire, c’est parce que son rôle de mère de famille l’a beaucoup occupée ces dernières années.

« Jusqu’à récemment, je n’avais jamais pensé à travailler ici parce que j’avais deux jeunes enfants », a-t-elle expliqué dans un excellent français.

« Je travaillais chaque fois que je retournais en République tchèque pendant la saison morte du hockey (l’été). Ici, j’avais une vie plus calme et plus familiale. Mais maintenant que les enfants sont un peu plus vieux, c’est parfait de travailler ici. Je suis une fille de famille et j’aime être à la maison avec mes enfants. Mais quand on aime à ce point ce qu’on fait, ça fait du bien d’aller travailler ! »

Lucie Vondrackova dans une scène de la comédie romantique anglophone The Perfect Kiss qui a été tournée à Montréal l’hiver dernier.
Photo courtoisie
Lucie Vondrackova dans une scène de la comédie romantique anglophone The Perfect Kiss qui a été tournée à Montréal l’hiver dernier.

Lucie Vondrackova a d’abord joué dans la comédie romantique The Perfect Kiss, qui a été tournée à Montréal l’hiver dernier et qui devrait prendre l’affiche en 2018. Elle tient aussi le rôle principal du film Hotel Limbo, une autre comédie qui est présentement en tournage dans les environs de Mont-Tremblant, dans les Laurentides. Les deux films sont réalisés par Martina Adamcova, une productrice et réalisatrice tchèque qui habite aussi Montréal depuis plusieurs années.

Enfant-vedette

Il faut savoir que Lucie Vondrackova, 37 ans, est très connue en République tchèque. À 10 ans, elle était déjà une vedette de la télévision tchèque.

« J’avais mon émission à la télévision, alors tout le monde me connaissait, indique-t-elle. Ensuite, j’ai commencé à chanter et à danser. Ma carrière n’a jamais ralenti, même quand j’ai déménagé ici (il y a sept ans). Mais je ne me plains pas. Je suis chanceuse ! »

Depuis plus de 25 ans, elle mène donc une carrière sur tous les fronts en République tchèque : en musique (elle a fait paraître près d’une vingtaine d’albums), au cinéma, à la télévision et au théâtre. Elle fait aussi du doublage pour des films américains traduits en tchèque (elle double notamment les actrices Scarlett Johansson, Rachel McAdams et Anne Hathaway).

C’est sa bonne amie, la réalisatrice Martina Adamcova, qui lui a proposé de jouer pour la première fois au cinéma au Québec. Martina Adamcova a spécialement écrit les rôles pour elle. Les deux femmes se connaissent bien depuis plusieurs années déjà.

On la voit ici aux côtés de la réalisatrice tchèque Martina Adamcova, une complice et amie de longue date.
Photo Chantal Poirier
On la voit ici aux côtés de la réalisatrice tchèque Martina Adamcova, une complice et amie de longue date.

« On se connaît depuis 25 ans, confie Lucie Vondrackova. Martina était une vedette à la télévision et je suis allée à son émission quand j’avais 10 ans. Puis, quand je suis arrivée à Montréal il y a sept ans, il y a des gens qui m’ont dit : savais-tu que Martina habitait à Montréal ? J’ai trouvé son numéro de téléphone et je l’ai appelée. »

Jouer la comédie

Lucie Vondrackova dit avoir été séduite par les scénarios et le style de films que voulait faire Martina Adamcova, c’est-à-dire des comédies romantiques qui font rire, mais qui peuvent aussi arracher quelques larmes. Elle cite des films comme The Proposal (avec Sandra Bullock) et You’ve Got Mail (avec Tom Hanks et Meg Ryan) comme référence.

« En République tchèque, j’ai beaucoup travaillé au théâtre et j’ai joué dans des pièces de Shakespeare. Mais ici, je voulais jouer dans des comédies. Parce que je pense que nous avons besoin de comédies de nos jours », souligne l’actrice.

« Je trouve que c’est un créneau qui a un peu été oublié, ajoute Martina Adamcova à propos des comédies romantiques. Avec Lucie, on a voulu faire ce genre de films pour les gens qui, comme nous, aiment ces comédies où il n’y a pas de violence ni de langage vulgaire. Lucie a un doctorat en philosophie et elle sait très bien me guider. Quand j’ai écrit le scénario, elle est la première personne à qui je le soumets. Elle me donne beaucoup de conseils pour les personnages et l’histoire. »

Si Lucie Vondrackova n’avait jamais tourné au Québec avant l’hiver dernier, elle avait déjà eu l’occasion de jouer en anglais dans quelques productions américaines, dont la comédie Last Holiday il y a une dizaine d’années, avec Queen Latifah.

« Je jouais la réceptionniste, lance-t-elle. J’aime jouer dans une autre langue que le tchèque parce que ça m’oblige à rester encore plus concentrée sur le rôle et que ça m’aide à me mettre dans la peau du personnage. »

Qui sait, peut-être aura-t-elle un jour la chance de jouer en français...

En bref

  • Elle est née le 8 mars 1980 à Prague.
  • Elle a fait paraître son premier album en 1993, à l’âge de 13 ans. Elle a une vingtaine d’albums à son actif.
  • Elle a joué dans de nombreux films et séries télé en République tchèque.
  • Elle a aussi un doctorat en philosophie obtenu à l’Université Charles de Prague.
  • Elle s’est mariée à Tomas Plekanec en juin 2011 et a déménagé avec lui au Québec. Ils ont deux enfants âgés de deux et cinq ans.

Les Plekanec adorent leur vie au Québec

Lucie Vondrackova et Tomas Plekanec se sont mariés en juin 2011.
Photo courtoisie
Lucie Vondrackova et Tomas Plekanec se sont mariés en juin 2011.

Il y a sept ans, Lucie Vondrackova décidait de quitter sa vie et sa belle carrière en République tchèque pour venir s’installer à Montréal avec son mari, le joueur de hockey Tomas Plekanec. Elle dit n’avoir jamais regretté son choix : elle adore sa vie au Québec.

« J’ai fait ce choix par amour, lance-t-elle. Ça ne m’a pas dérangée de quitter ce que j’avais en République tchèque parce que je voulais fonder une famille avec mon mari. »

Sept ans plus tard, Lucie Vondrackova et Tomas Plekanec sont bien intégrés au Québec. Les deux enfants du couple – deux jeunes garçons âgés de deux et cinq ans – vont même à la garderie en français.

« Nos enfants sont nés ici et sont Canadiens tous les deux, souligne l’actrice et chanteuse. J’adore le fait que nous puissions parler français et anglais en même temps. Ma grand-mère est linguiste et elle parle 12 langues. Je ne suis pas aussi bonne qu’elle, mais j’en parle cinq. J’ai toujours rêvé que mes enfants puissent être bilingues. Et maintenant, ils parlent trois langues. Ça me rend très fière. »

Son mari l’encourage

Même si elle vit au Québec, Lucie Vondrackova continue à mener sa carrière en République tchèque. Elle retourne chaque été en République tchèque pour remplir ses contrats d’actrice et de chanteuse.

« C’est sûr que cela nécessite un gros travail de planification, mais je suis bonne là-dedans. Depuis que je suis à Montréal, j’ai quand même réussi à faire deux tournées, trois albums et cinq films en République tchèque. J’ai donc réussi à rester très présente là-bas même si je vivais à Montréal. Mais c’est sûr que chaque fois que j’y retourne, je travaille comme une folle. Mais quand on aime ce qu’on fait, ça va. »

Et, bien sûr, Tomas Plekenac la soutient dans tous ses projets professionnels.

« Il savait à qui il avait affaire en se mariant avec moi ! Il me connaît alors il savait que je n’allais pas changer. Il m’encourage beaucoup. »

Elle sait déjà que d’autres projets l’attendent en République tchèque l’été prochain. Elle dit toutefois ne pas être pressée d’y retourner, parce qu’elle souhaite que les Canadiens se rendent loin dans les séries éliminatoires.

« J’espère y retourner le plus tard possible ce printemps parce que ça voudra dire que les Canadiens font les séries et qu’ils se rendent loin ! Quand ils se rendent loin en séries, ça me laisse moins de temps pour travailler, mais je suis toujours heureuse quand ils gagnent ! »