/misc
Navigation

Si Montréal m’était conté

Si Montréal m’était conté

Coup d'oeil sur cet article

Non, il ne sera pas question des élections, mais bien du Montréal d’antan, celui de sa fondation. Hier soir, au très beau Musée de Pointe-à-Callières avait lieu un triple lancement qui honore notre mémoire collective, conçu par des dessinateurs et scénaristes d’ici. Vous dire que nous fûmes heureux relevait de l’euphémisme. Le travail est somptueux, la scénarisation évite les images d’Épinal et ce triptyque fera découvrir à nos amis européens, une autre image de la naissance de Montréal. Sous la houlette de Christian Chevrier, passionné de bandes dessinées et d’histoire, puis patron de la maison de livres Hachette, Osheaga 1642 et Ville-Marie 1642 (Glénat) ont vu le jour. À la barre, des dessins et de la scénarisation, nous retrouvons François Lapierre (Contes légendes du Québec, Chroniques sauvages, coloriste aussi pour Le Magasin général), Jean-Paul Eid (La femme aux cartes postales, Les aventures de Jérôme Bigras), et une petite nouvelle, la photographe montréalaise Tzara Maud qui a codirigé la scénarisation.


Deux ans de travail et une aventure
Heureux ils étaient et cela se comprend : « Deux ans de travail, et surtout éviter selon la jeune scénariste Tzara Maud, les clichés. La création de Montréal, qu’elle soit vue par les pionniers (Ville-Marie) ou Les Iroquois (Osheaga) requiert beaucoup de précision. En plus de bâtir un scénario historique, nous avons voulu raconter des histoires comme la vie des pionniers, les relations avec tout un chacun et les guerres fratricides hélas ! » Que vous soyez professeur, simple amateur de bande dessinée ou historien du quotidien, confiez ces deux histoires à vos proches et ils vous remercieront.

 

Si l’histoire st bien présente, c’est le but, nous nous attachons rapidement à ces hommes et femmes d’un autre temps, qui ont bravé bien des tempêtes.


Cartier, Cartier oh Jacques Cartier


Avec la collection Explora, la maison d’édition Glénat a développé un volet qui dresse un portrait des grands explorateurs. Après Magellan, Marco Polo, Darwin et Alexandra David –Neel. Jacques Cartier fait son entrée au Panthéon. Avec moult ressources et une recherche historique poussée, le trio Christian Clot, Jean-Pierre Filippi et Pat Boutin (le dessinateur, un petit gars bien de chez nous). Bien avant Montréal, nous sommes en 1534, le Malouin Jacques Cartier entreprend la traversée. Sans tomber dans le panneau des poncifs, cette histoire finement narrée ouvre la porte au Cartier humaniste, explorateur avant tout.

Et voilà pourquoi, du moins nous l’espérons, que  l’histoire du Canada ne soit pas  qu’une simple histoire de castors !