/entertainment
Navigation

Sophie Prégent répond aux critiques formulées à son endroit

La présidente de l’Union des artistes, Sophie Prégent
Photo d'archives Sébastien St-Jean La présidente de l’Union des artistes, Sophie Prégent

Coup d'oeil sur cet article

La présidente de l’Union des artistes (UDA), Sophie Prégent, a répondu aux critiques formulées à son endroit à la suite de ses réactions aux allégations d’inconduite sexuelle qui visent le réalisateur Sylvain Archambault.

Dans une longue lettre publiée sur le site de l’UDA, Mme Prégent s’adresse à l’acteur Marc-André Grondin, qui lui a formulé plusieurs reproches sur Twitter.

«Si j’ai dit quelque chose ce matin [mercredi] qui a pu être interprété par vous ou d’autres comme un manque de compassion à l’égard de personnes affectées par le comportement de M. Archambault, je m’en excuse sincèrement», a-t-elle déclaré.

Marc-André Grondin a notamment avancé que la présidente de l’UDA s’était mise en situation de «conflit d’intérêts» en se plaçant à la «défense d’un réalisateur» au détriment de ses membres.

«Ce que j’ai vécu en tant que comédienne – ou ce que je n’ai pas vécu – n’enlève rien à ce que d’autres ont pu vivre et ressentir, a ajouté Sophie Prégent. Et cela ne signifie en rien que toutes les choses que je n’ai pas vues ou entendues ne se sont pas produites.»

Elle dit avoir partagé son expérience personnelle avec le réalisateur «par souci de transparence».

La présidente de l’Union des artistes rappelle qu’un «espace confidentiel, neutre et sécuritaire» a été mis en place par le syndicat il y a plusieurs années pour permettre «aux personnes de s’exprimer et de trouver les meilleures façons d’intervenir pour prévenir, condamner ou corriger toutes situations de harcèlement ou d’abus».

«Chaque révélation est bouleversante, a affirmé Mme Prégent. Chaque dénonciation mérite qu’on s’y attarde. Chaque fois, cela nous confirme que nous devons faire tout ce qui est possible pour défendre le droit des artistes et des artisans du milieu culturel de travailler dans un environnement respectueux et exempt de situations d’abus ou de harcèlement.»

Elle souligne qu’«il n’y a plus de place pour ce genre de comportement».

«Ce que je retiens de votre commentaire comme de tous les messages d’appuis que je reçois depuis des semaines, c’est que nous sommes tous d’accord là-dessus, a-t-elle ajouté. Et je vous assure que je reste tout aussi déterminée à ce que les choses changent, et à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour y arriver.»

D'autres actrices, telles que Karine Vanasse et Magalie Lépine Blondeau, ont également critiqué Sophie Prégent pour sa réaction face aux allégations portées contre le réalisateur Sylvain Archambault.